Le temps presse pour le matricule 4. Si le 28 janvier, l'Union belge n'a pas reçu les quelque 24.000 euros que le club doit à trois joueurs et à une société, il sera radié. C'est Laurent Denis qui gère le dossier liégeois auprès de l'Union belge. " Monsieur Dean Johnson m'a demandé de trouver des solutions et on va en trouver ", assure-t-il. " J'avais personnellement envoyé un courrier recommandé à nos instances fédérales pour dem...

Le temps presse pour le matricule 4. Si le 28 janvier, l'Union belge n'a pas reçu les quelque 24.000 euros que le club doit à trois joueurs et à une société, il sera radié. C'est Laurent Denis qui gère le dossier liégeois auprès de l'Union belge. " Monsieur Dean Johnson m'a demandé de trouver des solutions et on va en trouver ", assure-t-il. " J'avais personnellement envoyé un courrier recommandé à nos instances fédérales pour demander un délai qui nous a été accordé. Sans trop rentrer dans les détails, la gestion précédente de la chose pose quand même question. " Une critique à demi-mot formulée à l'encontre de l'ancienne direction du club dont Jules Dethier, qui a assumé tant bien que mal les affaires courantes ces treize derniers mois. Dethier n'a rien vu venir le 5 janvier dernier, lorsque le conseil d'administration de l'ASBL RFC de Liège lui a retiré les rênes du club. Il était même absent à la réunion scellant sa destitution. A ce moment-là, Dethier laissait entendre qu'il était décidé à céder spontanément sa place à Johnson " à condition que les dernières informations qu'il attendait le concernant confirmaient que l'Américain était une personne fiable ". Face aux promesses non tenues de Johnson, il ne voulait pas laisser le club à l'abandon au point de courir le risque de le voir disparaître. Un détail qui a échappé à tout le monde : dans les faits, Dethier reste administrateur et le président officiel ! " Sur le plan juridique, ça ne fait pas l'ombre d'un doute ", confie Gaspar Navez, avocat spécialisé dans les matières sportives et membre du Comité exécutif de l'Union belge. " Dethier est toujours administrateur car aucune assemblée générale n'a entériné son départ. Par ailleurs, il pouvait être démis de sa qualité de président, mais, pour cela, il devait être entendu par les membres du conseil d'administration. Ce qui n'a pas été fait. Il reste donc juridiquement le président du club. " " Je sais que je suis toujours, juridiquement, le président du club ", précise Dethier. " Je suis très déçu par les trahisons internes qui l'ont miné. Ces deux dernières semaines, j'ai pris du recul. Je ne crois plus aux promesses de Johnson qui, le 11 novembre dernier, prétendait déjà qu'il allait payer les joueurs et entraîneurs dans les heures qui suivaient. Je cherche dès lors des solutions qui permettraient de relancer le club. "