Le Standard a loué Jurgen Cavens à Gand, qui estime qu'il apporte trop peu. L'avant va donc retourner au Standard. Dimanche, il déclarait : " Je n'ai encore eu aucune nouvelle ".
...

Le Standard a loué Jurgen Cavens à Gand, qui estime qu'il apporte trop peu. L'avant va donc retourner au Standard. Dimanche, il déclarait : " Je n'ai encore eu aucune nouvelle ". Jurgen Cavens : je suis frustré car je trouve que je tire bien mon plan mais je n'ai pas suffisamment l'occasion de montrer que je suis prêt. Il n'est déjà pas évident de débarquer dans une équipe en cours de saison. J'ai été titulaire lors des quatre premiers matches. Gand était satisfait de mon engagement. Après le match contre Heusden-Zolder, j'ai été mis sur le banc et je n'ai plus reçu de chance. J'ai ma petite idée mais vous connaissez le cliché : il faut respecter cette décision. Tactiquement comme en matière d'entraînements, je ne peux rien reprocher au coach. C'est possible mais je ne puis changer ma personnalité. Je suis motivé. Si je jouais davantage, si on m'appréciait plus, dans mon entourage, j'aurais aussi plus d'assurance. J'ai déjà montré ce dont j'étais capable. Au Lierse, j'ai participé à tous les matches. Je n'ai pas perdu toutes mes qualités d'un coup, mais sans confiance, on ne peut rien faire, surtout à mon poste. Je suis encore lié au Standard pour deux ans mais ce sera très difficile de m'y affirmer. J'espère que d'autres équipes croient en moi et qu'un entraîneur me fera confiance à 100 %. Dans ces conditions, je me bonifierai automatiquement de 20 %. Une équipe plus proche de Lierre, comme Westerlo ou le Germinal Beerschot, me conviendrait sans doute. J'étudierai toutes les offres. Je vous répondrai par une autre question : ai-je reçu suffisamment de chances ? J'estime avoir droit à une autre car en cinq matches, j'ai inscrit cinq buts. Dans mon amour du football et ma motivation, qui reste intacte. Sinon, je raccrocherais mes studs. Tout va vite en football mais je n'aurai que 26 ans en août. Je dois simplement trouver un nouvel élan. Quand je rentre à la maison et que je vois mon fils, j'ai l'impression qu'on ne peut rien me prendre. (R. De Groote)Georges Heylens commente le championnat.