"Pour la presse spécialisée aux Etats-Unis, les mauvais débuts de l'équipe contre Porto Rico n'ont pas été une surprise ", dit Adrian Wojnarovski, un connaisseur du Record in New Jersey. " Il fallait s'y attendre. Nous avons reçu le premier avertissement lors du championnat du monde il y a deux ans, lorsque nous avons terminé sixièmes dans notre pays. Sans ses meilleurs joueurs, ce n'est pas du tout une promenade de santé pour notre équipe ".
...

"Pour la presse spécialisée aux Etats-Unis, les mauvais débuts de l'équipe contre Porto Rico n'ont pas été une surprise ", dit Adrian Wojnarovski, un connaisseur du Record in New Jersey. " Il fallait s'y attendre. Nous avons reçu le premier avertissement lors du championnat du monde il y a deux ans, lorsque nous avons terminé sixièmes dans notre pays. Sans ses meilleurs joueurs, ce n'est pas du tout une promenade de santé pour notre équipe ". Le coach Larry Brown, 64 ans, a remporté les playoffs avec les Detroit Pistons cette année mais avait déjà conquis ses lettres de noblesse auparavant. En 1964, à Tokyo, il a remporté l'or avec les USA en tant que joueur et en 2000 il était assistant lors du sacre à Sydney. Si les Etats-Unis ne décrochent pas l'or, ce ne sera pas la faute à Brown :" Il a disposé de ses joueurs trois semaines avant les Jeux, n'a en outre pas pu les choisir puisque cette tâche revient à un comité de sélection. Il ne reçut aucun joueur qui figurait sur la liste qu'il avait introduite ". " Aucun des sélectionnés d'Athènes n'a fait partie d'un précédent Dream Team. Seuls Allen Iverson, Tim Duncan et Richard Jefferson figuraient parmi les douze joueurs qui forcèrent la qualification pour les Jeux dans le groupe américain. Cette sélection ne représente même pas le second choix de la NBA. C'est presque un troisième choix : des joueurs jeunes et expérimentés qui maîtrisent moins bien les fondamentaux du basket que leurs alter ego européens. Lorsque le Dream Team fut créé en 1992, tout le monde voulait en faire partie. Après Sydney, la motivation a chuté. De nombreux pros avaient déjà goûté aux J.O. et n'avaient pas envie de sacrifier une partie de leurs vacances après une saison éreintante (82 matches de championnat plus les playoffs pour la plupart). D'autres ont invoqué des obligations d'ordre privé, ou n'ont pas osé venir pour cause d'insécurité suite au 11 septembre. Les internationaux potentiels en NBA touchent facilement treize à quinze millions de dollars par an. Pourquoi alors mouiller le maillot de son pays ?" " C'est une bizarrerie, mais la formation en Europe est plus poussée qu'outre-Atlantique. Avant, chaque jeune talent étudiait pendant trois ou quatre ans les fondamentaux du basket dans l'une ou l'autre université. A ses 22 ans, un joueur débarquant en NBA savait parfaitement comment le basket fonctionne. Maintenant, le jeune talent n'est plus entouré de coaches expérimentés, mais par des avocats et des gens des relations publiques de leur marque de chaussures. Au lieu de passer par l'université, ils préfèrent directement signer des contrats lucratifs en NBA. Ils perdent donc tout contact avec la base. Le basket international c'est le passing, bouger sans la balle et marquer de loin. Vous ne trouvez pas ce genre de joueurs en NBA, où ils sont meilleurs en un contre un, sont habitués à recevoir le ballon, éliminer leur homme et marquer. Contre une défense en zone il n'est pas possible de dribbler ainsi son opposant avant d'aller planter un dunk ". " Les équipes concurrentes se préparent depuis des années à ce tournoi et leurs joueurs évoluent ensemble. Avant, cela ne représentait pas de menace pour l'équipe des USA. Des talents comme Michael Jordan, Shaquille O'Neal et Kobe Bryant pouvaient monter sur le terrain et balayer n'importe quel adversaire. Les garçons à Athènes n'ont pas ce talent ". Déjà avant les Jeux, on avait senti que le Dream Team n'était pas auréolé de son sentiment d'invincibilité habituel. Alors que leurs prédécesseurs se présentaient de manière très cool à Barcelone, Atlanta et Sydney, les joueurs actuels étaient très impressionnés lors de leur première conférence de presse à Athènes. Alors qu'avant les projecteurs du monde entier étaient braqués sur eux, deux joueurs de la génération actuelle ont cette fois emmené eux-mêmes leur caméra digitale. Ce genre d'attitude n'est pas étonnant lorsque l'on sait que la moyenne d'âge du Dream Team IV est d'à peine plus de 23 ans. C'est l'équipe la plus jeune depuis que les stars de la NBA se présentent aux Jeux, en 1992. A Barcelone, la moyenne était de 29 ans et à Sydney de 29,4. Trois des basketteurs américains sont des rookies, c'est-à-dire qui n'en sont qu'à leur première saison en NBA ( LeBron James, Carmelo Anthony et Dwyane Wade) et l'un d'entre eux, Emeka Okafor, vient juste d'être engagé par les Charlotte Bobcats et n'a pas encore disputé un seul match en NBA. On dirait le Junior Team plutôt que le Dream Team ". " Les joueurs américains n'ont pas vraiment eu beaucoup de temps pour apprendre à se connaître et à jouer ensemble. Après une semaine de stage, ils se sont envolés direction vers l'Europe pour affronter des adversaires continentaux très motivés. La défaite contre l'Italie lors de cette tournée avait fait l'effet d'une bombe. L'entraîneur assistant Gregg Popovich, qui entraîne depuis huit ans les San Antonio Spurs, analyse l'effet psychologique de cette défaite. " Ce n'est que dans de telles situations que les joueurs prennent conscience qu'ils ne sont pas invincibles. Nous, les coaches, nous efforçons de leur dire qu'il ne faut pas sous-estimer l'adversaire mais ils ne nous écoutent pas. Car dans la plupart des cas, ils gagnent leurs matches d'entraînement avec un écart de 20 points. Mais là, le fait d'avoir été confronté à la défaite les a remis à leur place et les a forcés à rester attentifs ". " Les règles du jeu établies par la FIBA imposent aussi une adaptation de la part des Américains, habitués à des règles de jeu différentes en NBA. Aux Jeux, une rencontre dure moins longtemps, le terrain est plus étroit, les joueurs ne peuvent faire que 5 fautes au lieu de 6 et la ligne des trois points est plus proche de l'anneau ". Geert Foutré, envoyé spécial à Athènes