PHYSIQUE

Avec son mètre 83, Julien Gorius possède un bon gabarit pour un milieu axial. Il est très solide sur ses appuis et résiste remarquablement aux charges grâce à une musculature bien dessinée. L'explosivité sur les premiers appuis n'est pas son fort. Sur les longues courses, il se montre plus efficace avec ballon que sans, car sa remarquable conduite de balle lui permet de courir à haute intensité. Sans ballon, il manque un peu de puissance naturelle.
...

Avec son mètre 83, Julien Gorius possède un bon gabarit pour un milieu axial. Il est très solide sur ses appuis et résiste remarquablement aux charges grâce à une musculature bien dessinée. L'explosivité sur les premiers appuis n'est pas son fort. Sur les longues courses, il se montre plus efficace avec ballon que sans, car sa remarquable conduite de balle lui permet de courir à haute intensité. Sans ballon, il manque un peu de puissance naturelle. Formé à l'école française, le nouveau numéro 10 de Genk possède toutes les bases des grands techniciens mais il recherche l'efficacité plutôt que d'offrir aux spectateurs des trouvailles techniques exceptionnelles. Droitier, sa conduite de balle est remarquable mais son pied gauche est évidemment moins performant. Il parvient tout de même à alterner jeu court-jeu long avec son deuxième pied. Sa lecture du jeu est excellente et il parvient à jouer en première intention, dans les transmissions courtes et longues. C'est comme demi relayeur que l'ancien joueur de Malines présente le rendement le plus élevé. Il est capable d'arpenter les quatre coins du terrain et son volume de jeu est alors impressionnant. C'est quand il vient de loin et qu'il a le jeu devant lui qu'il est le plus efficace. Dans les tout petits espaces, face à une défense renforcée et positionnée très bas, il éprouve plus de difficultés comme lorsqu'il doit évoluer dos au but. Le probable meilleur achat des limbourgeois coulisse remarquablement vers le porteur du ballon pour apporter son soutien dans la construction du jeu. C'est typiquement un joueur qui a besoin de beaucoup toucher le ballon pour se sentir performant. Il est capable de rentrer dans des combinaisons courtes où la qualité de son passing se remarque immédiatement mais il peut aussi distiller des transversales du gauche comme du droit sans donner l'impression de forcer. Que dire alors de ses frappes à distance en mouvement ou sur phases arrêtées ? Fantastiques ! Le nouveau transfuge de Mario Been est un joueur très actif et cela se voit quand il faut travailler à la récupération. Il gagne de nombreux ballons dans les pieds de l'adversaire grâce à sa solidité dans les duels mais surtout par son intelligence tactique. La qualité de son placement lui permet d'anticiper et ainsi de récupérer le ballon sans devoir entrer dans la confrontation physique. Sur phases arrêtées défensives, il se contente de se placer à un poteau ou en dehors des 16 mètres. Mais cela peut changer avec un nouveau coach. Avec 1m79 pour 70 kilos, Dennis Praet doit encore se développer physiquement. Dans les duels, il se fait encore parfois bousculer mais cela s'arrangera avec l'expérience et deux ou trois kilos de muscles. Il possède une très bonne endurance et est continuellement en mouvement. Sur les premiers appuis, son explosivité est de bon niveau. Quant à ses longues courses, elles manquent encore de puissance. A 18 ans, le numéro 26 d'Anderlecht fait partie des plus doués de sa génération. Bien que droitier, il conduit le ballon des deux pieds de façon très élégante. Il est capable d'enchaîner tous types de frappes, même si les ballons enroulés constituent sa marque de fabrique. Il évolue continuellement " tête levée ", signe d'un immense talent. Ses passes sont très précises et parfaitement dosées du droit comme du gauche. L'ancien joueur de Genk évolue, pour le moment, dans le triangle axial de l'entrejeu aux côtés de Kanu avec Lucas Biglia dans son dos. Sa position de départ est légèrement décalée vers la droite mais il permute sans problème avec le Brésilien. Sur phases arrêtées, son jeu de tête, un de ses défauts majeurs, le positionne dans un rôle plutôt passif : au piquet lors des corners contre son équipe et à la retombée du ballon, en dehors du rectangle, pour les phases arrêtées offensives. La nouvelle pépite mauve se rend disponible à tout moment en possession de balle. Il possède un art aiguisé du démarquage et se déplace bien dans les intervalles. Il sent parfaitement le jeu et le but inscrit en Supercoupe contre Lokeren démontre à merveille son feeling très développé. Il est également très à l'aise dans les petits espaces et il trouve aisément les solutions pour contourner le pressing de l'adversaire. Il maîtrise aussi superbement la formule : -Je donne, je bouge et je redemande le ballon. Le protégé de John van Den Brom montre beaucoup d'envie à la récupération du ballon. Il aime effectuer un pressing sur le porteur, surtout face à un demi récupérateur qui tente de construire. Il tient toujours compte de la position haute de son bloc-équipe. Par contre, il doit encore progresser dans l'attaque du ballon car il n'est pas un arracheur et a parfois tendance à se faire éliminer en faisant preuve d'un trop grand enthousiasme. Praet et Gorius sont deux milieux de terrain axiaux droitiers. Le joueur d'Anderlecht est capable d'évoluer un rien plus haut que le joueur de Genk qui préfère venir de loin pour faire mal. Les qualités techniques du nouveau prodige mauve sont plus naturelles que celles de l'ancien Malinois dont la formation " à la française " lui donne une base de haut niveau. Le numéro 26 de Van den Brom est plus à l'aise dans les petits espaces et quand il doit jouer dos au but. Son sens du démarquage est inné par rapport à celui de l'ancien Messin qui s'appuie davantage sur l'expérience. Le jeu de tête du numéro 10 limbourgeois est supérieur, son physique plus complet, sa frappe de balle est bien plus lourde et son sens du but plus aiguisé. Malgré les 9 ans qui séparent les deux joueurs (18-27), je vais opter pour le joueur le plus âgé, pour la sécurité qu'il peut apporter. Mon choix se porte donc sur Gorius même si cela risque de changer dans les mois qui viennent...surtout depuis le départ de Matias Suarez qui fait de la place pour Praet !