Lentement mais sûrement, l'Italie perd ses stars étrangères. Le Colombien Juan Cuadrado (26) a ainsi quitté la Fiorentina pour Chelsea, avec qui il s'est engagé jusqu'en 2019. Le club anglais a versé 35 millions d'euros à la Viola et lui a prêté pour six mois l'Egyptien Mohamed Salah. A Chelsea, Cuadrado prendra la place de l'Allemand André Schürrle, parti à Wolfsbourg. Comme la Fiorentina jouait en Europa League cette saison, Cuadrado pourra être aligné en Ligue des Champions. Après six ans en Italie, il ne devrait pas connaître de problème d'adaptation, même si le schéma tactique du club londonien est différent. Son concurrent direct, c'est...

Lentement mais sûrement, l'Italie perd ses stars étrangères. Le Colombien Juan Cuadrado (26) a ainsi quitté la Fiorentina pour Chelsea, avec qui il s'est engagé jusqu'en 2019. Le club anglais a versé 35 millions d'euros à la Viola et lui a prêté pour six mois l'Egyptien Mohamed Salah. A Chelsea, Cuadrado prendra la place de l'Allemand André Schürrle, parti à Wolfsbourg. Comme la Fiorentina jouait en Europa League cette saison, Cuadrado pourra être aligné en Ligue des Champions. Après six ans en Italie, il ne devrait pas connaître de problème d'adaptation, même si le schéma tactique du club londonien est différent. Son concurrent direct, c'est Willian mais Cuadrado peut aussi évoluer derrière Diego Costa. Il marcherait alors sur les plates-bandes d'Oscar. C'est Udinese qui fut le premier à offrir une chance en Europe à ce joueur talentueux. Mais il y faisait froid et, bien qu'il ait appris la langue en six mois, il trouvait les Italiens trop distants. Après deux ans pendant lesquels il ne joua guère, Udinese le céda à Lecce, plus au sud. Là, au soleil, le Colombien s'affirma et en 2012, il fut transféré à la Fiorentina. D'abord en prêt puis, un an plus tard, définitivement. Il y a deux ans, avant le match contre Torino, le propriétaire du club, Diego Della Valle, lui promit un cadeau s'il marquait. Ailier rapide, Cuadrado, qui brilla avec la Colombie lors de la dernière Coupe du monde, releva le défi : il dribbla plusieurs joueurs et s'en alla battre Jean-François Gillet. Quelques semaines plus tard, Della Valle tenait parole et lui remettait une Rolex. La deuxième de Cuadrado. Pas mal pour un garçon dont la jeunesse avait été marquée par un terrible drame et plusieurs mésaventures. Cuadrado a grandi en Colombie, un pays secoué par la violence. Lorsqu'il avait quatre ans, une bande armée a attaqué son village. Son père, un livreur de boissons qui circulait en camionnette, perdit la vie dans une fusillade. Pour permettre à sa famille de survivre, sa mère alla travailler dans une plantation de bananes tout en suivant des cours du soir pour obtenir un diplôme. Le jeune Juan l'accompagnait partout et s'endormait à ses côtés pendant qu'elle assistait aux cours. Comme Juan shootait dans tout ce qu'il trouvait, elle l'inscrivit dans une école de football : le Manchester Futból Club. Il se blessa gravement à deux reprises : une déchirure du tendon d'Achille en tombant d'une charrue parce que le cheval qui la tirait s'était emballé (la charrue était tombée dans un trou et Cuadrado avait touché la roue avec son pied) et une chute d'un arbre en tentant de cueillir un fruit : la branche s'était cassée et il était retombé lourdement. Lorsque sa mère voulut quitter son dangereux appartement d'Antioquia pour retourner à Necocli, où Juan était né, le club refusa de le laisser partir et lui permit de rester à l'internat. Sa mère lui envoyait de l'argent et, parfois, à manger. Plus tard, il allait se rendre plusieurs fois en Argentine pour y passer des tests mais sans succès : on le trouvait trop petit, trop fragile. Finalement, il signait à Independiente Medellin, où Udinese vint le chercher en 2009. PAR PETER T'KINTLorsqu'il avait quatre ans, une bande armée a attaqué son village. Son père y a laissé la vie.