Démis de ses fonctions d'entraîneur à Strasbourg après avoir propulsé ce club en L1, Jean-Pierre Papin (43 ans) s'était retiré sous sa tente en fin de saison passée, déçu par les critiques de l'un ou l'autre joueur et du président alsaciens. Pour eux, la qualité du jeu proposé n'était pas suffisante même si le résultat final plaidait en faveur de JPP. Certain d'avoir bien bossé, l'ancien buteur du Club Bruges (1985-86) attendait qu'on refasse appel à lui. Quand Guy Roux décida de déposer son tablier après quatre matches de championnat, Gervais Martel s'adressa rapidement à Papin. Le changement d...

Démis de ses fonctions d'entraîneur à Strasbourg après avoir propulsé ce club en L1, Jean-Pierre Papin (43 ans) s'était retiré sous sa tente en fin de saison passée, déçu par les critiques de l'un ou l'autre joueur et du président alsaciens. Pour eux, la qualité du jeu proposé n'était pas suffisante même si le résultat final plaidait en faveur de JPP. Certain d'avoir bien bossé, l'ancien buteur du Club Bruges (1985-86) attendait qu'on refasse appel à lui. Quand Guy Roux décida de déposer son tablier après quatre matches de championnat, Gervais Martel s'adressa rapidement à Papin. Le changement de cap est radical. Roux a coaché 894 matches en L1, JPP découvre le métier de T1 au plus haut niveau du football français. En 2006, il entraînait Arcachon en CFA 2. " Je ne ressens pas plus de pression que la saison passée ", a-t-il confié à nos confrères de France Football. " Tout le monde m'attendait au tournant en L2. J'ai été confronté aux réalités du monde professionnel dans le rôle de coach. Même si j'avais connu cela en tant que joueur, cet univers a pas mal changé en quelques années. J'ai signé un contrat de deux ans. J'éprouve le plus profond respect pour un monument comme Roux. Il a eu une carrière exceptionnelle et j'aimerais avoir la même. Je suis très fier d'être son successeur, c'est valorisant. Le mauvais départ de Lens n'a rien de catastrophique. Il n'y a pas péril en la demeure mais il faut réagir. Beaucoup de grands clubs connaissent des problèmes de mise en route. Lens n'est pas le seul dans ce cas. C'et le club phare de ma région d'origine, le Pas-de-Calais ". Sa carrière de joueur avait démarré à une papinade de là, à Valenciennes. Il a retrouvé son terroir où il a à peine eu le temps de déposer sa valise. Jeudi, il a fêté ses débuts sur le banc de Lens contre les Young Boys de Berne en match retour du 2e tour préliminaire de la Coupe de l'UEFA au stade Félix Bollaert. Dimanche, Lens se mesurait à Nice. C'est comme ça qu'on se lance. METZ s'intéresse de plus en plus à ce qui se passe au Grand Duché de Luxembourg. La saison passée, les Lorrains y ont trouvé le jeune Miralem Pjanic. Le club a recruté récemment un jeune arrière central de 14 ans fréquentant le Centre national de Mondercange cher à Guy Hellers. NDRI ROMARIC porte désormais le brassard de capitaine au Mans. Il a bien changé, ne collectionne plus les excès de vitesse et arrive le premier à l'entraînement. L'attaquant Anthony Le Tallec, a été prêté un an au club par Sochaux. SYLVAINWILTORD gagne 150.000 euros à Rennes, club qu'il a rejoint après son passage à Lyon. C'est là qu'il avait entamé sa carrière professionnelle. GREGORY THIL avait cassé la baraque en National (D3) avec Boulogne-sur-Mer (31 buts) et il confirme en L2. Cet été, Lens, Nantes et des clubs belges s'étaient intéressés à lui. Il a préféré rester une saison de plus sous le même maillot. JAROSLAV PLASIL n'était plus titulaire à Monaco qu'il a quitté pour Pampelune. Le club espagnol a déboursé 2, 5 millions d'euros. ZOLTAN SZELESI, arrière droit et international hongrois, a délaissé Energie Cottbus et signé un contrat de trois ans à Strasbourg. NENE, 26 ans, milieu de terrain gauche brésilien de Celta Vigo, rejoint Monaco qui a déposé 6 millions d'euros sur la table pour réaliser ce transfert. CEARA, un arrière latéral de Porto Alegre, a été enrôlé par le PSG. PIERRE BILIC