15 h 30

Arrivée du staff technique. L'entraîneur José Riga est au stade depuis 12 h 30 : " Je préfère avoir le temps pour préparer les feuilles de théorie et regarder les derniers détails de l'adversaire ". Le préparateur physique Bernard Smeets, l'entraîneur des gardiens MichelIannacone et l'adjoint Michel Wintacq prennent le soin de lire la presse et reviennent sur les points forts et faibles d'Anderlecht. Wintacq relit les feuilles de théorie. Les joueurs rallient le stade un à un. Le rendez-vous est fixé à 16 h 00. Ils s'habillent avant de rejoindre la salle des joueurs pour la collation.
...

Arrivée du staff technique. L'entraîneur José Riga est au stade depuis 12 h 30 : " Je préfère avoir le temps pour préparer les feuilles de théorie et regarder les derniers détails de l'adversaire ". Le préparateur physique Bernard Smeets, l'entraîneur des gardiens MichelIannacone et l'adjoint Michel Wintacq prennent le soin de lire la presse et reviennent sur les points forts et faibles d'Anderlecht. Wintacq relit les feuilles de théorie. Les joueurs rallient le stade un à un. Le rendez-vous est fixé à 16 h 00. Ils s'habillent avant de rejoindre la salle des joueurs pour la collation. Collation. Les joueurs sont détendus et regardent la finale de la Cup entre Manchester et Chelsea. Lors d'un tir manqué, Benjamin Nicaise lance : " Il faut changer le ballon ". Ce à quoi réplique Hocine Ragued - Ce sont les joueurs qu'il faut remplacer. Le repas peut commencer. Au menu, sucres lents et viande blanche. " On a retiré tout ce qui peut provoquer de l'acidité ", nous explique Smeets. " Mais également les sauces et la viande rouge. Le temps où l'on disait que la viande rouge était bonne avant un match est révolu. Pas de champignons non plus ! " Chacun s'occupe comme il peut entre la collation et le briefing. Certains se prélassent au centre du terrain, en plein soleil. D'autres commencent à rentrer dans leur match. C'est le cas de Wilfried Dalmat qui, le casque posé sur les oreilles, se construit une bulle. " Généralement, j'écoute du zouk. Cela me détend et c'est de cette façon que je me concentre. J'évite ainsi toute l'excitation qui peut gagner un vestiaire ". Une grappe de joueurs suit la fin de la Cup. Enfin, il y a les accros au GSM. C'est l'heure du briefing qui se déroule également dans la salle des joueurs. Le capitaine Cédric Berthelin éteint la télévision. " On aura plus de place dans la nouvelle tribune ", affirme José Riga. " Ici, on est un peu à l'étroit ". C'est à ce moment-là, images à l'appui, que l'entraîneur donne ses dernières directives. " Son ton est toujours calme, posé, professionnel. Il est avec nous comme il est avec les journalistes. Il n'endosse pas un nouveau rôle à chaque fois ", explique Ragued. L'adversaire du jour requiert de la concentration. " Je sens les réactions quand j'annonce la composition mais je ne m'occupe pas de cela. Il ne faut pas non plus trop assister les joueurs. Les adjoints sont là aussi pour leur dire un mot. Le message ne doit pas toujours venir de la même personne ", lance Riga. A la sortie, chacun connaît son rôle. Dalmat : " Aujourd'hui, vu le potentiel d'Anderlecht, on va privilégier le développement défensif car on risque de beaucoup défendre. Je dois donc prêter davantage main forte à la défense. Et offensivement, je dois finir mes actions par une frappe ou la dernière passe ". Quant à Ragued, il devra canaliser le milieu : " Comme d'habitude, je dois me placer devant la défense et apporter la première relance. Je risque d'avoir souvent Mbark Boussoufa dans ma zone ". On rentre dans la dernière ligne droite. Les joueurs demandent leur équipement. En passant devant le vestiaire d'Anderlecht, certains ouvrent les yeux en voyant le maillot mauve et blanc déjà prêt à chaque place. Alessandro Cordaro passe sur la table de massage. Dans le vestiaire, pas de télévision. " Je préfère comme cela. Car c'est l'heure de Sportschau et certains seraient capables de regarder les buts à la place d'écouter les consignes ", dit Riga. Dare Nibombe demande deux tapes au kiné. Nicaise n'est pas le dernier à secouer ses coéquipiers : " Il faut leur rentrer dedans ". Chacun signe un maillot pour une action caritative. L'équipe est affichée, ainsi que les compositions tactiques. Tout ce que l'on doit faire sur corners défensifs et corners offensifs est au mur. L'échauffement débute. Iannacone s'occupe des gardiens. Smeets prend en charge les premiers exercices : la mise en train physique. Wintacq s'occupera des exercices avec ballon. " Il faut regarder les mines des joueurs ", affirme le fidèle adjoint. " On sent comment ils sont. On donne alors des indications au coach ". Pendant la rencontre, Smeets se charge des statistiques. C'est lui qui note tous les duels gagnés et perdus. Wintacq tient les feuilles tactiques. Rentrée au vestiaire. On s'habille, on se stimule et on se concentre. Dans le couloir, le président Dominique Leone vient leur prodiguer les derniers encouragements. La joie éclate dans le clan montois. Les Dragons ont battu Anderlecht 3-1, grâce à un doublé de Mohammed Dahmane et un but d' Ilija Stolica. Les joueurs savourent ce nouveau succès de prestige. Après Bruges et Genk, c'est au tour du frais champion de chuter au stade Charles Tondreau. Les feux d'artifice peuvent éclater. Les héros du jour, qui ont enfilé un t-shirt du Doudou 2007, prennent leur temps avant de retourner au vestiaire. " On a pris cette rencontre comme toutes les autres. Même s'il n'y avait plus d'enjeu, on voulait prouver qu'on avait le niveau pour battre les champions ", analyse Ragued, " Vous avez pu vivre toute la journée avec nous, on a un groupe qui aime vivre ensemble, non ? L'équipe était solidaire et même au plus fort de la pression anderlechtoise, on a tenu le coup. Pourtant, notre niveau n'a pas atteint celui qu'on avait eu contre Genk. C'est normal. C'est la fin de saison. Les joueurs sont fatigués. D'autant plus que la plupart des nouveaux éléments n'avaient pas beaucoup joué ces dernières années ". D'autres arrivent et espèrent soutirer au président une double prime. A leur rentrée de vestiaire, le champagne coule à flot et la mascotte est jetée à la douche. Les trois jeunes, Baptiste Ulens, Filippo Porco et Romain Dutrieux, que l'on surnomme désormais les Carolos suite à leur récent transfert dans le Pays Noir, sont venus saluer et prendre congé de leurs coéquipiers. La saison se termine. La volonté de la direction est de conserver le noyau. Pourtant, certains éléments attisent la convoitise. Mais Riga veut d'abord savourer. Une longue nuit attend tous les joueurs. par stéphane vande velde / photos; reporters:mossiat