A 22 h, ce mardi, les rues du centre de Zagreb sont d'un silence étonnant pour une capitale. Exténués par la Noriada, cette journée durant laquelle ils célèbrent leur dernière année d'école - une bonne cinquantaine de jours avant la fin officielle - les étudiants du secondaire sont au lit depuis longtemps. Ils ont repris avec eux leurs sifflets stridents et les cadavres des gobelets de rhum-coca.
...