Il ne faut pas longtemps pour que le nom de Hein Vanhaezebrouck tombe dans la conversation. Le coach de La Gantoise est l'ancien coéquipier du KRC Harelbeke que Joris De Tollenaere (45 ans) voit le plus souvent -à la télévision. " Que dire d'autre ? Hein fait du très bon boulot ", déclare De Tollenaere, un avant rapide, capitaine des Rats durant leurs années de gloire, à la fin du siècle passé. " Nous avions tous décelé l'entraîneur en lui, évidemment. " La saison dernière, il s'est déplacé à l'occasion du match du titre contre le Standard. " J'ai dit à Gilbert De Groote que quand je devrai me présenter devant le tribunal de Gand, je passerai dire bonjour et manger un bout avec Hein mais je n'y suis pas encore parvenu. Quand on est occupé, on a du mal à ga...

Il ne faut pas longtemps pour que le nom de Hein Vanhaezebrouck tombe dans la conversation. Le coach de La Gantoise est l'ancien coéquipier du KRC Harelbeke que Joris De Tollenaere (45 ans) voit le plus souvent -à la télévision. " Que dire d'autre ? Hein fait du très bon boulot ", déclare De Tollenaere, un avant rapide, capitaine des Rats durant leurs années de gloire, à la fin du siècle passé. " Nous avions tous décelé l'entraîneur en lui, évidemment. " La saison dernière, il s'est déplacé à l'occasion du match du titre contre le Standard. " J'ai dit à Gilbert De Groote que quand je devrai me présenter devant le tribunal de Gand, je passerai dire bonjour et manger un bout avec Hein mais je n'y suis pas encore parvenu. Quand on est occupé, on a du mal à garder des contacts avec les autres. Je vois parfois certains anciens équipiers à mon cabinet. Quand ils ont un problème, ils m'appellent à l'aide. Mais je ne reverrai sans doute jamais des hommes comme Patrice Zéré et les frères Kubik. C'est dommage mais le pire drame, c'est naturellement le décès en 2007 de Daniel Maes. " De Tollenaere est avocat indépendant. Il officie à la frontière entre Harelbeke et Courtrai. Il ne compte pas ses heures. " Du lundi au jeudi, je travaille de huit heures du matin à 22 ou 23 heures. Le vendredi, j'essaie d'arrêter à six heures. Le week-end, je ne fais rien et le dimanche soir, je vais me coucher tôt. " Le football occupe moins de place dans sa vie. " Il m'arrive encore de disputer des matches amicaux avec l'équipe du Studax Avelgem. L'année dernière, je leur ai organisé un week-end à Genk, à l'hôtel de Ronny Gaspercic. Pour moi, le football, ça doit être actif. Ma femme travaille chez Ghistelinck, un distributeur Mercedes, et quelques fois par an, je suis invité à des matches à Courtrai et à Waregem. Sinon, l'envie me fait défaut. En semaine, j'aimerais arrêter de travailler pour regarder le Real car je suis un fan de Cristiano Ronaldo mais on parle là d'un tout autre niveau. Pour le cyclisme, je reste à la maison. Je suis supporter de Tom Boonen depuis la retraite de Johan Museeuw et de Peter Van Petegem. J'ai toujours été attiré par certains types. Dans le temps, je me levais la nuit pour voir Justine Henin à l'oeuvre mais depuis qu'elle a arrêté, je ne regarde plus de match de tennis. Je me demande ce que je vais faire quand Boonen raccrochera. Je placerai sans doute tous mes espoirs en Tiesj Benoot... " Il a lui-même découvert le cyclisme. " Le samedi après-midi, ma femme et quelques personnes du " club service " pédalent avec moi. Nous sommes même allés dans les Alpes. " Il est avant tout un père et un mari. Il a trois enfants : Marie, Camille et César. Les filles font de la danse, le garçon est gardien des Vikings Courtrai. Ils sont tous les trois en secondaire. " Les principaux loisirs de ma femme et moi sont les voyages et le restaurant. Cette année, nous sommes allés au Canada et une semaine à New York, avec les enfants. C'était chouette. Ils sont à un âge qui leur permet de comprendre les choses et ils ne courent pas encore le risque de devoir passer des secondes sessions. Nous pouvons donc programmer nos voyages longtemps à l'avance. Le " club service " est aussi important. Nous invitons un conférencier toutes les deux semaines. Récemment, notre invité a parlé d'astrologie. J'ai été stupéfait d'être passionné pendant une heure par quelque chose dont j'ignorais tout avant. Ce genre d'expérience aussi rend la vie passionnante. " Etudiant-footballeur, il était un fervent amateur de cartes. " Moins maintenant. Mon travail m'empêche même parfois de me joindre aux parties de cartes familiales, le soir. Mon niveau a baissé. Quand on n'entretient pas une aptitude, elle s'étiole. " PAR CHRISTIAN VANDENABEELE" Dans le temps, je me levais la nuit pour voir Justine Henin. "