Il y a dix jours, Joos Valgaeren (27 ans) a fêté son retour sur le terrain au Celtic, le club de Glasgow qui vise le titre écossais mais lorgne aussi la Coupe de l'UEFA. La dernière rencontre du défenseur remontait au 25 octobre 2003.
...

Il y a dix jours, Joos Valgaeren (27 ans) a fêté son retour sur le terrain au Celtic, le club de Glasgow qui vise le titre écossais mais lorgne aussi la Coupe de l'UEFA. La dernière rencontre du défenseur remontait au 25 octobre 2003. Joos Valgaeren : En effet. J'avais déjà joué avec les Réserves le week-end précédent. Après trois semaines d'entraînement, on m'a déclaré bon pour le service. Cela m'a fait énormément plaisir. Tout se passe bien, certainement lorsque l'on me prend à nouveau dans la sélection du match. Je ne peux pas attendre plus pour l'instant. La revalidation est derrière moi, enfin. J'entretenais ma condition en nageant et en faisant du vélo, pour rester en forme. C'étaient toutes des petites blessures, qui m'ont fait perdre tout ce temps. Mes premiers bobos depuis quatre saisons que je suis au Celtic. Je suis impuissant face à cela. Oui, ils s'en sortent pas mal sans moi. C'est le revers de la médaille, les autres joueurs sont invaincus depuis plus de vingt rencontres. J'ai donc peu de raisons d'exiger quoi que ce soit. C'est la dure réalité d'un club du top. Avec le programme corsé qui nous attend, j'espère pouvoir retrouver le rythme des parties, peut-être que l'entraîneur fera tourner l'effectif. Je suis arrivé à cette position pour cause de suspensions et de blessures de mes coéquipiers. Cette place n'a pas ma préférence, vu que je joue la plupart du temps en tant que défenseur central de droite, dans une défense à quatre. Mais on fait de notre mieux pour aider le coach et l'équipe. Je suis déjà très content de pouvoir défendre les couleurs du Celtic. Un peu moins. La volonté d'y évoluer est un peu passée. Quelles équipes peuvent-elles y rivaliser avec les atouts du Celtic ? A chaque match à domicile, 60.000 personnes et une ambiance fantastique. Je me sens ici chez moi et j'ai encore faim de football. Bien sûr, en Angleterre la lutte pour le titre est plus ouverte, alors qu'ici elle se résume à un duel entre le Celtic et les Rangers. Absolument. Je dois veiller à garder la bonne forme et à me battre pour revenir au top. D'abord reconquérir ma place de titulaire au Celtic et puis l'équipe nationale comme objectif. D'abord marcher, puis courir. Je n'avais plus de contacts avec l'entraîneur fédéral mais cela n'est pas réellement nécessaire. Il dispose certainement de très bonnes sources d'information et il possède mon numéro. Il peut donc toujours m'appeler !