JONATHAN BLONDEL : PHYSIQUE

Avec son mètre 73, Jonathan Blondel fait partie des petits formats parmi les milieux de terrain à caractère plutôt défensif. Toutefois, il compense ce manque de taille par un engagement de tous les instants, parfois même à la limite de la régularité. Il possède une endurance nettement au-dessus de la moyenne mais il présente un déficit de puissance sur les longues courses.
...

Avec son mètre 73, Jonathan Blondel fait partie des petits formats parmi les milieux de terrain à caractère plutôt défensif. Toutefois, il compense ce manque de taille par un engagement de tous les instants, parfois même à la limite de la régularité. Il possède une endurance nettement au-dessus de la moyenne mais il présente un déficit de puissance sur les longues courses. Autant en perte de balle, le numéro 11 de Bruges donne l'impression de n'être qu'un aboyeur et un ratisseur, autant en possession du cuir, il peut faire valoir des qualités techniques remarquables. Il ne sera jamais un dribbleur fou, préférant se concentrer sur la simplicité. Son passing est précis et il combine dans les petits espaces avec facilité. Du gauche de préférence. C'est dans un rôle axial légèrement décalé vers la gauche que le sélectionné à 3 reprises pour la Belgique se montre le plus performant. Il a besoin à ses côtés d'un joueur plus athlétique pour notamment gérer le trafic aérien. Jona provoque les duels pour être efficace en perte de balle tandis qu'en possession du cuir, il peut alterner jeu court-jeu long avec un réel bonheur. L'ex-joueur de Mouscron et de Tottenham est doté d'une frappe très sèche du cou-de-pied côté gauche. Il est moins à l'aise sur les tirs enroulés et son pied droit reste un de ses points faibles. Au niveau du jeu de tête, il compense le manque de hauteur par sa volonté, son timing et sa détente mais il s'impose rarement dans les airs, surtout dans les 16 mètres adverses. Jona est parti en Angleterre à 18 ans, ce qui prouve à suffisance son potentiel. Il a abouti deux ans plus tard au Club Bruges, où il entame sa neuvième saison ( près de 200 matches pour 11 buts inscrits ). Que peut-il espérer à l'avenir ? Je ne vois pas où il pourrait aller d'autre et se sentir aussi bien. Il espère secrètement retrouver le noyau des diables mais la concurrence y est féroce et ce sera difficile pour lui. Lucas Biglia mesure 1,76m et, pour un joueur de sa taille, il manque clairement d'explosivité. Son endurance lui permet de se montrer disponible pour ses partenaires d'un bout à l'autre du match. Dans les duels, il récupère davantage les ballons grâce à son placement que par son âpreté. Sa puissance est insuffisamment développée pour se montrer tranchant sur 30-40m. Techniquement, le n° 5 d'Anderlecht présente des aptitudes naturelles. Sa conduite de balle est très fluide et d'une élégance rare. Bien que droitier, il n'éprouve aucune difficulté quand il se retrouve sur son pied gauche face au pressing d'un opposant direct. Il parvient à se tirer d'affaire grâce à sa qualité de dribbles, faite de roulettes, passements de jambes et autres crochets courts. Le tout en utilisant très bien son corps pour se protéger de l'adversaire. Avec son passing et ses qualités techniques, l'international argentin (7 sélections) devrait prendre plus d'initiatives vers l'avant au lieu de se contenter d'un rôle de demi récupérateur ou de premier relanceur devant la défense, comportement qu'il adopte beaucoup trop cette saison. Il décroche souvent exagérément pour quémander le ballon dans les pieds. L'ex-joueur d'Independiente, grâce à sa jolie technique, possède une frappe de balle naturelle. Sa puissance n'est pas exceptionnelle mais il enroule ses ballons de l'intérieur avec énormément de facilité. Du droit comme du gauche, il peut distiller des transversales sans le moindre problème mais il les utilise trop peu. Son jeu de tête défensif est correct, sans plus. Arrivé d'Argentine en 2006, il s'est immédiatement révélé comme une pièce-maîtresse des Mauves, avec plus de 200 matches ( pour 10 buts ) en équipe-fanion. Toutefois, son envie de rejoindre un championnat plus huppé risque d'être de plus en plus compromise s'il conserve son rendement actuel. A 26 ans, il doit impérativement étoffer son registre.