Pour une nation folle de cyclisme, c'est une éternité. Depuis 2002 et le sacre mondial de Mario Cipollini, le Championnat du Monde ne s'est plus déroulé en Belgique. L'année prochaine, la course aura lieu à Florence, en Italie, et en 2014, c'est en principe le tour de Ponferrada et de l'Espagne. Ensuite, Richmond, aux USA.
...

Pour une nation folle de cyclisme, c'est une éternité. Depuis 2002 et le sacre mondial de Mario Cipollini, le Championnat du Monde ne s'est plus déroulé en Belgique. L'année prochaine, la course aura lieu à Florence, en Italie, et en 2014, c'est en principe le tour de Ponferrada et de l'Espagne. Ensuite, Richmond, aux USA. L'UCI exploite l'attribution des Mondiaux pour renforcer sa politique d'internationalisation. Le cyclisme est en progression au Royaume-Uni, en Scandinavie et dans l'ancien bloc de l'Est. Désormais, le Mondial quitte le Vieux Continent tous les cinq ans et on peut s'attendre à ce que la cadence s'accélère. L'amateur belge de cyclisme doit donc s'armer de patience. Jusqu'en 1975, notre pays accueillait le Mondial tous les six ans en moyenne. Ensuite, il a fallu attendre 13 ans et Renaix en 1988, puis 14 ans et Zolder. Cinq longues années vont encore s'écouler, au moins, puisque la Belgique n'a introduit aucune demande pour l'organisation 2016, qui est attribuée cette semaine. Rassembler les moyens nécessaires requiert du temps. Le budget requis par l'UCI s'élève à cinq ou six millions d'euros. Le montant s'élève facilement à 15 millions avec les investissements nécessaires, ce qui représente le triple du budget de la LVB. Il n'est pas possible de réunir cette somme pour 2016 mais la Fédération a l'intention de poser sa candidature formelle à l'édition 2017, 2018 ou 2019, une candidature qui s'appuie sur les précédentes tentatives d'un comité local de Hooglede-Gits, en Flandre Occidentale, qui a déjà essayé d'organiser les éditions 2012, 2013 ou 2014. Sur proposition de la fédé, le dossier a été élargi au niveau national, afin de décrocher des sponsors et l'aide des pouvoirs publics dans l'ensemble du pays. Le projet s'appuie sur des courses sur route en Wallonie, avec un circuit à la Citadelle de Namur, réputé grâce au Grand Prix de Wallonie. Louvain semble la première candidate au départ de la course sur route des élites, même si on cite également Bruxelles, qui pourrait constituer le décor du contre-la-montre par équipes. Les contre-la-montre individuels seraient organisés en Flandre Occidentale et Ypres de l'ancien Premier ministre Yves Leterme, impliqué dans le projet, occuperait la pole-position. Peut-être la Belgique ne devra-t-elle toutefois pas patienter aussi longtemps. Suite au malaise économique de l'Espagne, l'organisation de Ponferrada ne tient plus qu'à un fil. En coulisses du Mondial néerlandais, le comité de direction de l'UCI cherche une solution. S'il ôte l'organisation à la ville du nord de l'Espagne, la Belgique serait prête à jouer les jokers, convaincue que l'UCI poserait des conditions financières plus intéressantes et donc réalisables à court terme. BENEDICT VANCLOOSTER