ALESSANDRO CORDARO
...

ALESSANDRO CORDAROFilippo Gaone ou Dominique Leone ?Dominique Leone. C'est lui qui m'a offert mon premier contrat. Il m'apprécie et il me le fait souvent sentir. Par une phrase, un geste, un encouragement. Je n'ai jamais eu l'occasion d'avoir un vrai contact avec Filippo Gaone. Marc Grosjean ou José Riga ?José Riga. Je résumerais en disant que Grosjean m'a lancé alors que Riga m'a confirmé. Il aurait pu me retirer de l'équipe dans les moments où je n'étais pas au top mais il ne l'a jamais fait. Sa confiance était totale. Silvio Proto ou Cédric Berthelin ?Cédric Berthelin. Mon capitaine... Pour les jeunes du vestiaire, c'est du pain bénit de pouvoir compter sur un guide pareil, qui a traversé des aventures intéressantes dans plusieurs pays. Il sait faire passer son message gentiment, calmement. Il s'énerve rarement. Silvio Proto, je le connais seulement de réputation : il était l'étoile en devenir de La Louvière quand je jouais avec les équipes de jeunes de ce club. LAURENT GOMEZAlexandros Kaklamanos ou Jérémie Njock ?Jérémie Njock. Un gars très expansif, parfois trop ! Il n'a pas encore compris qu'il y a des moments où il vaut mieux se taire. C'est impossible pour lui. Il sort tout ce qu'il a sur le c£ur, il ne sait rien censurer. Et il faut toujours qu'il ait raison. Mais c'est vraiment quelqu'un de bien. Alexandros Kaklamanos, je l'aimais bien aussi, mais j'ai le même avis sur lui que la plupart des personnes qui l'ont côtoyé quand il était en Belgique : c'est un type fort secret, fort mystérieux même. Michel Preud'homme ou Jean-Paul Colonval ?Michel Preud'homme. Il m'a fait monter dans le noyau A du Standard et il a toujours cru en moi... ou du moins il a bien fait semblant. (Il rigole). Mohammed Aliyu Datti ou Mohamed Dahmane ?Mohamed Dahmane. J'ai plus d'atomes crochus avec lui aujourd'hui qu'avec Datti quand nous étions ensemble au Standard. Et pourtant, c'est un gars aux qualités humaines exceptionnelles. Mais il est difficile à cerner et - parfois - à gérer. Il y avait déjà son langage qui n'appartenait qu'à lui : il mélangeait de l'italien, de l'anglais et du patois nigérian. Ce n'était pas toujours facile à comprendre... Il y avait aussi sa religion qui le rendait compliqué. Datti est musulman très pratiquant. Je l'ai vu péter un câble lors d'un repas au restaurant avec tout le noyau du Standard. Le serveur est arrivé avec un plat de porc. Datti aurait pu lui dire simplement, gentiment qu'il ne mangeait pas de cette viande-là. Mais non, au lieu de cela, il s'est levé et est parti. Furieux. On ne l'a pas revu de la soirée.