Rien ne va plus, semble-t-il, entre le sélectionneur fédéral, Marc Wilmots, et Johan Walem, l'entraîneur de notre équipe nationale des Espoirs. Dans les coulisses de la Maison de Verre, on fait état, à cet effet, d'un problème de communication. Ce qui revient à dire, à propos du second nommé, qu'il ne fonctionne pas de manière optimale dans une équipe. Un reproche qui lui avait déjà été formulé lorsqu'il occupait un rôle similaire à Anderlecht, autrefois. Là aussi, c'était un secret de Polichinelle que son entente n'était pas des meilleures avec le T1 des Mauves, Ariel Jacobs.
...

Rien ne va plus, semble-t-il, entre le sélectionneur fédéral, Marc Wilmots, et Johan Walem, l'entraîneur de notre équipe nationale des Espoirs. Dans les coulisses de la Maison de Verre, on fait état, à cet effet, d'un problème de communication. Ce qui revient à dire, à propos du second nommé, qu'il ne fonctionne pas de manière optimale dans une équipe. Un reproche qui lui avait déjà été formulé lorsqu'il occupait un rôle similaire à Anderlecht, autrefois. Là aussi, c'était un secret de Polichinelle que son entente n'était pas des meilleures avec le T1 des Mauves, Ariel Jacobs. On murmure aussi, du côté de la fédé, qu'il n'aurait pas son groupe suffisamment sous contrôle. Toujours est-il qu'en dépit d'un contrat, valable encore pour une durée d'un an, Walem serait en quête d'un job de coach dans un club. L'hiver passé, il avait ainsi posé sa candidature au YRFC Malines. Et Mons aussi l'aurait bien accueilli à bras ouverts. Contacté par nos soins, l'intéressé n'est guère amused par tout ce qui se dit sur lui. " Je ne veux pas en parler ", dit-il d'un ton sec au téléphone. " Je fais tout ce qui est en mon devoir du côté de l'Union Belge et nous avons un tas de projets en tête. Si la fédé ou Marc Wilmots ne sont pas d'accord, ils n'ont qu'à m'en faire part. " Il entrerait dans les intentions de Willie, dit-on, de faire passer Gert Verheyen des U19 aux Espoirs. " Je sais que Johan a l'ambition de diriger un cercle de D1 et qu'il se sent prêt à le faire ", dit l'ancien Brugeois. " Mais je lui ai encore parlé la semaine dernière et il m'a certifié qu'il voulait conserver ses attributions actuelles. Une chose est sûre : on ne m'a rien demandé en ce sens. A titre personnel, je préférerais rester fidèle à mon job actuel. " Du côté de l'URBSFA, son porte-parole, StefanVanLoock, assure qu'il n'a jamais rien entendu concernant un départ éventuel de Johan Walem et de ses implications possibles sur l'organigramme en place. Mais si d'aventure il y avait des changements, une place se libérerait, sans doute au profit d'Eric Van Meir. L'ancien joueur et T1 lierrois qui, au même titre que Wilmots, Walem et Verheyen, a été partie prenante dans l'aventure des Diables Rouges à la Coupe du Monde 2002, admet qu'il y a bel et bien eu contact entre Willie et lui. " Quand j'ai été mis à l'écart au Lisp, en janvier dernier, j'ai téléphoné en personne à Marc pour savoir si une place comme T3 était envisageable, pour moi, dans son staff ", dit-il. " Sa réponse était négative, dans l'optique de la Coupe du Monde, du moins. Mais il me fit savoir aussi qu'en cas de prolongation de contrat de sa part, il allait sans doute plancher sur une toute nouvelle organisation, avec Steven Martens, concernant l'avenir. Et que si une place venait à se libérer chez les U19 ou les Espoirs, il songerait à moi. Marc ne m'a donc rien promis. Et je présume qu'il a d'autres choses en tête pour le moment. D'après moi, si une décision tombe, ce sera après la Coupe du Monde. " PAR JAN HAUSPIE