L'entrepreneur de Ternat sera-t-il le sauveur du RWDM? Jeudi passé, alors que le club molenbeekois était menacé de radiation s'il n'apurait pas ses dettes fédérales avant 16 heures, il a envoyé un fax à... 15h59 dans lequel il expliquait qu'il se porterait garant à certaines conditions.
...

L'entrepreneur de Ternat sera-t-il le sauveur du RWDM? Jeudi passé, alors que le club molenbeekois était menacé de radiation s'il n'apurait pas ses dettes fédérales avant 16 heures, il a envoyé un fax à... 15h59 dans lequel il expliquait qu'il se porterait garant à certaines conditions.Johan Vermeersch: Je crois que les faits sont connus puisque le club est en liquidation et en instance de radiation. Il y a les dettes fédérales et celles des créanciers. Je dois d'abord examiner s'il y a moyen de reprendre, à certaines conditions, le matricule 47 et d'assurer la pérennité de l'asbl Ecole des Jeunes. Dans ce cas, je me porterai garant du paiement des dettes fédérales. La décision doit être confirmée pour le 23 août, mais cela pourrait se produire avant cette date. Cela dépendra de l'évolution des négociations. Rien n'est simple dans cette affaire. Avez-vous posé ce geste uniquement par amour du club?J'ai posé ce geste parce que j'estime qu'il est inconcevable de laisser disparaître une école des jeunes qui a fait ses preuves au fil des ans et qui a encore produit, très récemment, un joueur du calibre de Wesley Sonck. Sans parler du rôle social: si le club disparaissait, tous les jeunes se retrouveront à la rue, désoeuvrés dès la sortie de l'école à 16 heures. Avec tous les problèmes de délinquance que cela risque d'engendrer. A ce propos, je tiens d'ailleurs à souligner le rôle joué par la commune, qui a mis les installations à la disposition du club et qui a prévu un budget pour le fonctionnement de l'école des jeunes. Est-il indispensable d'entretenir une équipe Première pour jouer ce rôle social?Oui, car l'asbl Ecole des Jeunes est liée au matricule n°47. La disparition de l'un entraînerait celle de l'autre. Il serait temps que l'on se penche sur le problème des 5 à 6.000 jeunes footballeurs affiliés en région bruxelloise. Il faut leur donner les moyens de pratiquer leur sport. C'est-à-dire, mettre des infrastructures et des éducateurs à leur disposition. Et, aussi, leur donner la possibilité d'éventuellement intégrer une équipe Première par la suite. C'est dans ce sens que se dirige mon projet. Pourquoi toujours se tourner vers l'étranger?Selon vous, il y a donc de la place pour un deuxième club bruxellois à côté d'Anderlecht?Anderlecht est un club à vocation européenne. A côté du Sporting, il y a certainement de la place pour un club à vocation régionale. Qui pourrait être le RWDM.Dans le meilleur des cas, le RWDM recommencerait donc en D3.Effectivement, mais ce serait encore un moindre mal.Pourquoi le club a-t-il accumulé les problèmes depuis de nombreuses années?C'est une question qu'il faudrait poser aux gestionnaires qui m'ont succédé. A mon époque, le RWDM était européen. Ce qui s'est passé par la suite n'est pas de mon ressort. (D.Devos)BELGA