L'année passée, à la même époque, le président du FC Brussels, Johan Vermeersch, était loin d'avoir complété son effectif. Cette fois, tant au niveau du staff que du groupe, l'entrepreneur de Ternat semble paré à l'heure du rassemblement des troupes.
...

L'année passée, à la même époque, le président du FC Brussels, Johan Vermeersch, était loin d'avoir complété son effectif. Cette fois, tant au niveau du staff que du groupe, l'entrepreneur de Ternat semble paré à l'heure du rassemblement des troupes. Dans la mesure où Albert Cartier ne possède pas le diplôme requis en Belgique, il fallait lui adjoindre un technicien titulaire de la Licence Pro. Je n'aurais pas été réfractaire à l'embrigadement de Rudi Cossey, un élément que j'avais encore eu sous mes ordres au RWDM. Mais mon ancien joueur, T2 à Lokeren, ne disposait pas des papiers requis. Patrick Wachel, en revanche, répondait à ce critère et comme il avait fait du bon travail à Tubize, il faisait partie de la liste des candidats susceptibles de rejoindre nos rangs. Une seule discussion avec lui m'a convaincu. C'était l'homme qu'il me fallait. Alex Clément constitue peut-être une inconnue pour les suiveurs du football belge, mais c'est un nom en France. D'ailleurs, Albert Cartier a immédiatement dit oui lorsque son nom a été évoqué. C'est un stopper gaucher de grande taille, appelé à remplacer Laurent Wuillot. Il devrait logiquement faire merveille dans le trafic aérien, un secteur qui a posé problème chez nous la saison passée. Sur le flanc gauche, je suis paré aussi avec Sofiane Zaboub, un joueur qui a fait son écolage à Saint-Etienne avant d'émigrer en Italie. Avec son concours et celui de Zoltan Petö, je suis couvert à ce poste. Tout d'abord, j'estime qu'il a fait une saison dantesque avec La Louvière. Deuzio, il sait à quoi s'attendre chez nous pour avoir travaillé l'espace d'un an sous la direction d'Albert Cartier. Je pense que son sens du jeu et son abattage nous seront très utiles. Sur le flanc droit, je fonde de gros espoirs également en Kristoffer Andersen qui devrait logiquement parvenir à faire oublier Björn Helge Riise. Avec Igor De Camargo et Kristof Snelders, il constitue une arme supplémentaire. Grâce à son appui, nous devrions être en mesure de viser la première partie du tableau. Une huitième ou neuvième place me satisferait pleinement en tout cas. C'est l'objectif que nous visons. (B. Govers)