Dominique D'Onofrio n'en fait nullement mystère : pour l'entraîneur du Standard, depuis le début de la campagne en cours, Joseph Enakarhire est le plus régulier. " Il poursuit sur sa lancée de l'année passée quand il fut associé pour la première fois dans l'axe central au côté de Godwin Okpara avant d'être confirmé dans ses attributions, cette année, à droite d' Ivica Dragutinovic....

Dominique D'Onofrio n'en fait nullement mystère : pour l'entraîneur du Standard, depuis le début de la campagne en cours, Joseph Enakarhire est le plus régulier. " Il poursuit sur sa lancée de l'année passée quand il fut associé pour la première fois dans l'axe central au côté de Godwin Okpara avant d'être confirmé dans ses attributions, cette année, à droite d' Ivica Dragutinovic. Dans ce registre, il a accompli des matches sans tache, c'est vrai, ce qui l'incite peut-être à dire qu'il est taillé sur mesure pour ce rôle et non pour un autre. Mais, personnellement, je n'en suis pas si sûr. Le problème de Joe, c'est qu'il est têtu comme une mule. A partir du moment où il a eu droit, dans son pays, à un écolage uniforme au stopper, il est persuadé que son champ d'action se limite à ce seul poste. Mais je n'en suis pas si sûr. A mon sens, ce garçon ne se rend tout simplement pas compte de son potentiel. Je suis persuadé qu'il a l'étoffe d'un tout bon demi défensif, par exemple. Mais encore faut-il que lui-même en soit convaincu. Le hic, c'est qu'il répugne vraiment à s'engager dans l'inconnu. Longtemps aussi, il m'a semblé manquer de confiance. Pendant deux ans, j'ai eu le net sentiment qu'il n'avait pas la foi pour lutter face aux titulaires. Ce n'est qu'après avoir été repris pour la première fois en équipe nationale A, face à la Jamaïque, en novembre 2002, que j'ai découvert un autre joueur, plus volontaire et confiant. Depuis ce jour-là, Joseph Enakarhire n'est plus le même joueur. Il est revenu transcendé, dopé sportivement et moralement. Depuis lors, il est dans le bon. Mais il devrait pouvoir mesurer qu'il est capable de plus encore. Non seulement sur l'aile, où il a des aptitudes réelles, quoi qu'il en dise, mais aussi et surtout comme pare-chocs défensif, même s'il donne la pleine mesure de son talent au stopper pour le moment. Cette polyvalence fait de lui un footballeur précieux pour nous. C'est pourquoi nous avons tout mis en £uvre pour qu'il s'illustre avec nous en Belgique plutôt qu'aux Jeux Panafricains. Compte tenu de son niveau, il y a peu de chances pour que le Nigeria le snobe dans l'optique de la phase finale de la CAN en Tunisie ".