Finalement, le départ de Franky Vercauteren pour Anderlecht n'a pas perturbé le club...
...

Finalement, le départ de Franky Vercauteren pour Anderlecht n'a pas perturbé le club... Non, j'irais presque jusqu'à dire que le contexte était idéal. Une assise solide avait été déterminée et il faut rappeler que Vincent Euvrard était déjà bien en place. OHL détient des personnes compétentes, avec beaucoup d'expérience. Vercauteren prouve son savoir-faire à Anderlecht et son départ a donné l'occasion à certains de prendre davantage de responsabilités. Vous vous occupez toujours des jeunes ? Au quotidien, je soulage le travail du coach et tout se passe bien. Je n'ai plus en charge les U19, je suis focalisé sur l'équipe première mais je garde un oeil sur les U18 et les U21. Le but est de créer des passerelles pour que des jeunes intègrent le noyau pro. Finalement, on n'a jamais autant parlé de cette D1B, qu'on compare régulièrement à un mouroir... Cela reste une compétition complexe et éprouvante. Il faut être allé à l'université pour comprendre ses règles ! (il rit) Quand tu rencontres quatre fois la même équipe, les matches deviennent de plus en plus serrés. C'est chouette qu'il y ait plus de médiatisation car le niveau est en hausse et plusieurs équipes feraient bonne figure un échelon plus haut. Comme OHL... Je nous le souhaite. Vu notre première partie de championnat, ce serait mérité. Nous évoluons de manière élégante et nous sommes allés chercher des points importants à l'extérieur, comme à Virton. Mais d'autres clubs ont du potentiel : Virton, Westerlo, le Beerschot, l'Union,... La D1B, ce sont aussi des histoires insolites, comme cette panne de courant face à l'Union... C'est la première fois que je vivais cela. On avait constaté qu'une partie du stade était moins éclairée et que des ampoules s'éteignaient puis se rallumaient. Quand l'arbitre a arrêté le match, c'était l'incompréhension totale. Il y a eu beaucoup de tension et de discussions. Si OHL monte, vous resterez consultant ? Je ne vois pas où serait le problème, tant que je ne parle pas de mon équipe. Et si vous devez évoquer un adversaire ? Je pense que je continuerai comme je le fais actuellement, en donnant ma vision d'ancien footballeur, en vulgarisant mes analyses et en débattant autour des sujets tactiques. C'est quoi la prochaine étape de votre carrière ? Devenir président ! (il rit) Je ne me pose pas la question. Je continue à apprendre. Je suis comme un gamin qui s'éclate et s'estime chanceux d'avoir cette situation.