C'est plus facile d'être joueur de foot ou consultant ?
...

C'est plus facile d'être joueur de foot ou consultant ? (il rit) Ce sont deux fonctions différentes qui ne se préparent pas de la même manière. C'est toujours difficile de juger la valeur du jugement d'un consultant. J'ai la même passion mais le regard est différent. Un consultant est comme un entraîneur qui s'intéresse à l'action, au déplacement alors que le joueur est plutôt un sportif focalisé sur la performance pure et dure. L'important est d'être dans le bon état d'esprit, avec du recul et de la maturité. J'essaie d'analyser sans atteindre personnellement la personne. Je dis ce que j'ai envie et j'espère que l'autre comprendra mon point de vue. Si ce n'est pas le cas, tant pis. Vous vous êtes déjà dit : " J'aurais dû m'exprimer différemment " ? Oui. C'est ce qu'on appelle l'expérience, hein ! Un jour, j'avais été irrité par une déclaration de Vanhaezebrouck et j'avais émis un avis, qui était correct mais dur dans le propos. Je me suis demandé si cela n'allait pas être mal interprété et si j'avais été assez tolérant. La tolérance, c'est le maître-mot. Quel autre élément avez-vous adapté ? Ma tenue ! Lors de mon premier direct, je suis arrivé au stade sapé comme un milord ! Philippe Hereng, qui commentait, m'a dit : " T'aurais dû prendre une parka, il y a du vent ". J'ai bien eu froid ! Maintenant, quand je viens au stade, je prends ma couverture (il rit). Je réserve mes beaux vêtements pour le studio. La saison dernière, vous entraîniez les U19 d'OHL... Nous avons fini 3e derrière Genk et le Standard, un très bon résultat pour un club de D1B, tandis que la Réserve a été championne. Cette saison, j'ai intégré le staff de l'équipe première et je travaille au quotidien avec les joueurs. Je donne des entraînements spécifiques, j'apporte ma vision par rapport à l'analyse de certaines phases, etc. Vous vous voyez T1 à terme ? Oui mais pas tout de suite. Je prends du plaisir et je dois encore me former, acquérir des connaissances et de l'expérience, ... Cécile Djunga, présentatrice météo de la RTBF, a dénoncé le racisme dont elle est victime. Vous avez connu des cas similaires ? Quand j'étais footballeur, oui. Mais pas en tant que consultant. J'ai pris mes distances avec les réseaux sociaux. Il y a peut-être des commentaires mais je ne les vois pas ! Cécile a bien agi et j'ai apprécié la réaction du monde médiatique qui s'est ligué contre cette problématique. Les responsables constituent une triste minorité et j'espère que leur nombre diminuera avec le temps.