Ça ne manque pas de buts en Bundesliga. La moyenne du championnat d'Allemagne est de plus de trois goals par match, ce qui constitue un record. Aucune compétition européenne ne fait d'ailleurs mieux. Seulement, les meilleurs buteurs sont le Polonais Robert Lewandowski (Dortmund) et le Croate Mario Mandzukic (Bayern Munich).
...

Ça ne manque pas de buts en Bundesliga. La moyenne du championnat d'Allemagne est de plus de trois goals par match, ce qui constitue un record. Aucune compétition européenne ne fait d'ailleurs mieux. Seulement, les meilleurs buteurs sont le Polonais Robert Lewandowski (Dortmund) et le Croate Mario Mandzukic (Bayern Munich). Seuls Marco Reus (Dortmund) et Stefan Kiessling (Leverkusen) - dont Joachim Löw ne veut plus entendre parler en équipe nationale - ont inscrit plus de quinze buts. Viennent ensuite Thomas Müller (Bayern Munich) qui joue moins sous la direction de Pep Guardiola qu'avec Jupp Heyckes, Pierre-Michel Lasoga (Hertha Berlin), qui marque surtout sur penalty, et Max Kruse (Borussia Mönchengladbach). Depuis le début de l'année, celui-ci a perdu trois kilos à cause d'un régime qui lui interdit le chocolat, les boissons sucrées et les hydrates de carbone le soir. Du coup, il manque de tranchant devant le but. Tout cela pour dire combien lors de la Coupe du monde, la Mannschaft risque de dépendre de Miroslav Klose (35, Lazio) et de Mario Gomez (28, Fiorentina). Ou encore de Lukas Podolski (28, Arsenal), qui est meilleur lorsqu'il évolue sur le flanc. Seulement, les nouvelles du calcio ne sont pas bonnes pour Löw puisque ses deux attaquants sont souvent blessés. Le premier a souffert du bassin, de l'épaule, du pied, du dos et, à présent, d'une déchirure à la cuisse. Il aimerait pourtant aller au Brésil, ne serait-ce que pour battre le record de Ronaldo. Le Brésilien a inscrit 15 buts en phase finale, le compteur de l'Allemand indique 14 réalisations. Löw, qui n'aime pas trop modifier sa sélection, s'inquiète aussi pour Gomez. En septembre, il avait souffert des ligaments du genou droit. Fin mars, il a connu une rechute et est rentré à Munich pour se faire soigner. De plus, il n'arrive pas à convaincre le coach, Vincenzo Montella, pourtant ancien attaquant. Dès lors, Löw cherche des alternatives et envisage de jouer sans attaquant de pointe, à l'espagnole, avec un faux numéro neuf. Ce rôle pourrait convenir à Mario Götze même si, au Bayern, il joue plutôt sur le flanc. L'élimination du club bavarois en Ligue des Champions est une bonne chose pour Löw car, hormis la finale de la Coupe d'Allemagne entre le Bayern et Dortmund le 17 mai, il n'y a plus de problème pour le match amical qui aura lieu cinq jours plus tôt face à la Pologne. Le 21 mai, tous les internationaux pourront partir en stage au Tyrol. PAR FRÉDÉRIC VANHEULE