C'est bien à ce qui suit que l'on reconnaît les footeux, les footophages, les footomanes que nous sommes ! Voilà que débutent les Jeux olympiques, où nous est présentée la crème des crèmes en ce qui concerne l'athlétisme, la natation, l'escrime, le judo, la gymnastique et moult autres disciplines dont les médias n'ont pas l'habitude de nous inonder. Pour nous qui aimons le sport, les JO télévisés mettent un arsenal high-tech au service de gestuelles méconnues, d'expressions corporelles inédites ! C'est super. Ou ça devrait l'être. Car sur quoi allons-nous prioritairement nous pencher durant ces Jeux, obsédés rustauds que nous sommes si souvent ?
...

C'est bien à ce qui suit que l'on reconnaît les footeux, les footophages, les footomanes que nous sommes ! Voilà que débutent les Jeux olympiques, où nous est présentée la crème des crèmes en ce qui concerne l'athlétisme, la natation, l'escrime, le judo, la gymnastique et moult autres disciplines dont les médias n'ont pas l'habitude de nous inonder. Pour nous qui aimons le sport, les JO télévisés mettent un arsenal high-tech au service de gestuelles méconnues, d'expressions corporelles inédites ! C'est super. Ou ça devrait l'être. Car sur quoi allons-nous prioritairement nous pencher durant ces Jeux, obsédés rustauds que nous sommes si souvent ? Sur un bazar qui se joue à onze contre onze avec une balle et deux buts ! Ah oui : le hockey-sur-gazon, parce que les Belges ont réussi l'exploit de s'y qualifier ? Pas du tout : notre presse sportive a fait couler moins d'encre sur nos 16 hockeyeurs méritants que sur les seules tribulations hambourgo-pékinoises du seul Vincent Kompany ! Nous allons nous pencher sur le foot... et même pas sur celui des filles, pourtant plaisant dans sa lenteur appliquée. Non, comme d'hab, indécrottables et chauvins que nous sommes, et quoique ce ne soit pas la crème (ni de l'Euro, ni du Mondial, ni de la Champions League), nous allons nous passionner pour le football mâle ! Overdose, connais pas. Sommes-nous bien raisonnables ? Dans notre patrie si c'en est une, une bonne part de l'engouement est redevable... à René Vandereycken : nos grands sont si nuls sous sa houlette pauvrette que nous nous raccrochons à nos petits pour encore croire en quelque chose ! Mais ceci dit, quel boxon que ce foot olympique, et pas rien qu'en Belgique ! Nos représentants seront 22 sauf qu'ils partent à 20 parce que deux restent en stand-by ici, sauf qu'ils sont 18 là-bas ensemble parce que deux d'entre eux sont réservistes et ne logent pas avec la délégation, sauf qu'ils ne seront pas 18 tant que Kompany ne les aura pas rejoints en retard s'il les rejoint, sauf qu'ils cesseront d'être 18 si Marouane Fellaini se taille avant la fin pour éviter aux Rouches de foirer comme les Mauves ! Bonjour la clarté. Partout, les fédérations ont sélectionné des joueurs dont ils n'étaient pas sûrs de pouvoir disposer, étant donné les réticences ou vétos des clubs employeurs. Il a fallu attendre ce 30 juillet (à une semaine à peine du début du tournoi !) avant que le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) accepte de se déclarer incompétent pour trancher le litige, et qu'ainsi la FIFA puisse redire une dernière fois haut et fort l'obligation qu'avaient les clubs de libérer leurs joueurs de moins de 23 ans... Le plus ridicule, c'est peut-être cela : cette dérogation imaginée en 1996, et qui permet la sélection de 3 joueurs de plus de 23 ans... si leurs clubs sont d'accord ! C'est grotesque. La FIFA autorise-t-elle l'alignement de + de 17 ou 19 ans dans ses compétitions pour - de 17 et -19 ans ? Non. Les footballeurs olympiques de pleine maturité n'apportent rien de plus, sinon une impression d'inégalité dans la mesure où certains pays entendent davantage exploiter le filon : que viennent faire dans la galère des Ronaldinho, Juan Riquelme ou Roy Makaay... tandis que l'Italie n'a pas débauché Andrea Pirlo ou un autre ? Apporter un plus spectaculaire... ou freiner l'éclosion de nouveaux talents ? Le foot aux JO est un parent pauvre car il ne rassemble pas l'élite de sa discipline. Et il le restera vu que la FIFA ne snobera évidemment jamais son Mondial quadriennal pour les beaux yeux bleus de Jacques Rogge. Alors tant qu'à faire, s'il faut du foot mâle aux Jeux, si ça pose des problèmes de calendrier à ce point insolubles et conflictuels pour rassembler tous les jeunes de moins de 23 ans et rien qu'eux, changeons notre fusil d'épaule, optons pour les vieux : que le football aux Jeux olympiques soit exclusivement réservé aux hommes de plus de 40 ou 45 ans ! Les clubs pros ne seraient pas emmerdés et n'emmerderaient personne vu qu'à part Paolo Maldini, les quadragénaires ont cessé d'être pros et stars ! Ruud Gullit ou Romario, Chris Waddle ou Pierre Littbarski, Roberto Baggio ou Carlos Valderrama, Emilio Butragueno ou des tas d'autres,... nous aurions le plaisir des retrouvailles et des beaux restes. Le mouvement olympique inciterait ainsi les vieilles gloires à ne pas succomber à la décrépitude avant l'heure (et à se faire un peu de pognon s'ils sont un peu dans la dèche). En sus de toutes les valeurs qu'il promeut déjà si merveilleusement, l'olympisme clamerait aussi au monde que le sport n'est pas synonyme de jeunisme exclusif ! Je suis sûr que ça aurait plu à Pierre de Coubertin s'il y avait pensé. par bernard jeunejean