Jestrovic, Jestrogoal ou Jestroplein

Le dernier week-end du mois d'octobre aura apporté son lot de péripéties dans notre championnat de première division. En tête du classement, Bruges a réalisé la bonne opération confirmée par la qualification en semaine, au minimum pour la Coupe UEFA. Et ceci alors qu'il reste deux matches de poule à disputer. Il y a longtemps qu'un club belge n'avait plus assuré l'essentiel sur la scène européenne. Pour Anderlecht, le chemin de croix continue et j'ose espérer que le club va sauver l'honneur dans les deux dernières journées pour ne pas décrocher la cuiller de bois pour la deuxième année consé...

Le dernier week-end du mois d'octobre aura apporté son lot de péripéties dans notre championnat de première division. En tête du classement, Bruges a réalisé la bonne opération confirmée par la qualification en semaine, au minimum pour la Coupe UEFA. Et ceci alors qu'il reste deux matches de poule à disputer. Il y a longtemps qu'un club belge n'avait plus assuré l'essentiel sur la scène européenne. Pour Anderlecht, le chemin de croix continue et j'ose espérer que le club va sauver l'honneur dans les deux dernières journées pour ne pas décrocher la cuiller de bois pour la deuxième année consécutive. Pour le reste, Zulte Waregem s'essouffle quelque peu, tandis que le Brussels et Charleroi reprennent des couleurs. Le match Mouscron-Standard a donné lieu à la première défaite des Rouches en déplacement et au dépôt d'une plainte de la part des Liégeois qui, selon moi, a très peu de chances d'aboutir. Dans le bas du classement, le bilan de Gilbert Bodart (six points sur six d'entrée) a rapidement dépassé celui d' Emilio Ferrera (4/30). Et Alexandre Potier, dédaigné par le coach précédent, a marqué son deuxième but en autant de rencontres. Le Lierse, lui est le troisième club à perdre son entraîneur, Paul Put, et au GBA, le choc psychologique n'a pas eu pour l'instant, le même effet que chez les Loups. Mais le fait qui m'a le plus marqué lors de cette douzième journée est la non-participation de Nenad Jestrovic pour cause de suspension. La troisième carte récoltée contre Bruges suite à une faute sur Sven Vermant montre à quel point l'attaquant connaît des problèmes actuellement. Son échauffement (heureusement que l'on vit un été indien chez nous) était tout simplement indigne d'un professionnel et il traduisait un trop plein de frustrations tout comme sa mine déconfite au moment où, Serhat Akin, son concurrent direct dans le match contre Bruges, inscrivait les deux buts de son équipe. Son exclusion pour propos racistes dix jours plus tard à Liverpool est, certainement pour le club, la goutte qui fait déborder le vase. La maison anderlechtoise, où l'on sait encore ce que le mot éthique signifie, a décidé, à juste titre, de sanctionner financièrement le buteur mauve. Et l'UEFA va aller probablement dans le même sens avec quelques matches de suspension comme cerise sur le gâteau. Son comportement actuel traduit un mal-être certain et même si on ne connaît peut-être pas toutes les raisons de son mécontentement, ses réactions sont indignes d'un joueur pro. Ses agissements nuisent évidemment à lui-même mais surtout au groupe et c'est cela qui est le plus dommageable. Si on n'accepte pas de se retrouver sur le banc en tant que sportif professionnel dans un sport collectif, autant directement changer de métier. Que doivent dire alors les Tristan Peersman, Walter Baseggio, Besnik Hasi, Michaël Zewlakow, Serhat Akin, Fabrice Ehret, Laurent Delorge et autre Marius Mitu ?létienne delangreLA MAISON ANDERLECHTOISE sait encore ce que le mot Éthique signifie