1 La Pro League veut pratiquement supprimer le rôle des managers dans le football professionnel. Devez-vous chercher un nouvel emploi si cette proposition est adoptée le 6 mai ?
...

1 La Pro League veut pratiquement supprimer le rôle des managers dans le football professionnel. Devez-vous chercher un nouvel emploi si cette proposition est adoptée le 6 mai ? Non, car l'échéance a été reportée. La Pro League a accepté notre proposition de discuter ensemble, avec en plus l'URBSFA. L'entretien aurait lieu durant la semaine du 13 mai. La première proposition était juridiquement contestable. Ce qu'il en reste pour le moment, c'est le projet de mettre sur pied une Clearing House, un bureau de contrôle. Nous allons reprendre l'exercice à zéro. En attendant, nous nous sommes engagés à ne pas aller en justice. 2 Vous avez obtenu ce que vous vouliez ? Non. Je voulais un règlement correct, nuancé et efficace et une bonne construction avec la fédération. Pas l'année prochaine mais hier, de préférence ! En attendant, la BFFA se réunit le 3 mai pour discuter de ses projets d'avenir : la mise sur pied d'un conseil d'ordre national, l'amélioration et l'harmonisation de tous les décrets régionaux et la rédaction d'un bon règlement de transferts ainsi que la définition du rôle des intermédiaires. Je considère la Clearing House comme un gain. On ne créera un climat de transparence que quand on disposera d'un organe indépendant. En Angleterre, il est composé de trois personnes qui parviennent à bien gérer un nombre élevé de transactions à l'impact financier colossal. 3 La Pro League veut un règlement qui serve de modèle au reste du monde. C'est possible ? La FIFA est la seule à pouvoir déterminer ce qui est valable dans le monde. Elle est en train de concocter un nouveau règlement pour les managers mais malgré l'arrêt Bosman, elle n'est pas toujours consciente, depuis Zurich, du fait que ce règlement est soumis à des règles internationales. La meilleure solution consiste donc à présenter nous-mêmes une proposition valable. Ce n'est pas possible avant la prochaine campagne de transferts. Il faut tout étudier avec les différentes régions et le gouvernement fédéral. Il faudra donc attendre au moins les prochaines élections avant d'en discuter. Il ne faut donc rien attendre de ce point de vue avant septembre, voire octobre. En attendant, appliquer le règlement en vigueur lors de la campagne des transferts qui s'annonce serait déjà bien. Il y a encore trop de transferts réalisés par des personnes non enregistrées. C'est facilement évitable. Les clubs paient et concluent les contrats : ils déterminent donc bien qui peut négocier ou pas. 4 Vous déceliez la main de Marc Coucke derrière la première proposition mais il a démissionné de la présidence de la Pro League. Vous avez sabré le champagne en apprenant la nouvelle ? Non, je préfère voir Marc Coucke à la tête du football belge qu'un énième étranger. Marc a voulu faire passer l'affaire très vite mais son départ ne facilite pas les choses. Trois dossiers historiques sont sur la table. J'aimerais voir une personne indépendante à la tête de la Pro League, une personne qui ne porte pas deux casquettes, qui communique bien et qui peut réunir les gens au lieu de les diviser. Quelqu'un comme Patrick Janssens. 5 Vous comprenez qu'après les perquisitions à Anderlecht, la semaine passée, les Belges en aient marre des managers ? La moralité de toute la communication dans ces dossiers est mauvaise. Ni celle du procureur, ni celle des clubs, ni celle des managers. Je comprends que l'homme de la rue pense que les managers sont une bande de gangsters. Je ne sais pas qui doit s'atteler au problème en premier. La fédération a peu de pouvoirs. Nous manquons de personnes indépendantes. Jamais personne ne se lèvera, au sein de la Pro League, pour pointer les clubs du doigt. Il est difficile de céder le pouvoir une fois qu'on l'a. Il serait bien d'avoir un président qui agisse en réunissant les gens, qui préfère le consensus au conflit.