Jess Thorup n'avait jamais envisagé de devenir entraîneur professionnel. En 2006, quand il a mis un terme à sa carrière, à Esbjerg, la plupart des gens s'attendaient à ce qu'il s'engage dans une toute autre voie. Pendant sa carrière semi-professionnelle, Thorup avait suivi des cours de commerce et avait travaillé à temps partiel chez Ernst & Young. Passé professionnel, il a encore décroché un diplôme d'agent immobilier. Il avait l'intention d'ouvrir une agence immobilière au terme de sa carrière, mais Esbjerg lui a alors proposé un poste d'entraîneur adjoint. Deux ans plus tard, il reprenait l'équipe, menacée de relégation. Esbjerg est bel et bien descendu, mais Thorup l'a fait remonter en D1, puis a remporté la Coupe. Les supporters ont fabriqué des t-shirts avec le slogan : Jess we can !
...

Jess Thorup n'avait jamais envisagé de devenir entraîneur professionnel. En 2006, quand il a mis un terme à sa carrière, à Esbjerg, la plupart des gens s'attendaient à ce qu'il s'engage dans une toute autre voie. Pendant sa carrière semi-professionnelle, Thorup avait suivi des cours de commerce et avait travaillé à temps partiel chez Ernst & Young. Passé professionnel, il a encore décroché un diplôme d'agent immobilier. Il avait l'intention d'ouvrir une agence immobilière au terme de sa carrière, mais Esbjerg lui a alors proposé un poste d'entraîneur adjoint. Deux ans plus tard, il reprenait l'équipe, menacée de relégation. Esbjerg est bel et bien descendu, mais Thorup l'a fait remonter en D1, puis a remporté la Coupe. Les supporters ont fabriqué des t-shirts avec le slogan : Jess we can ! Viggo Jensen, un précédent coach d'Esbjerg, a sursauté en apprenant que Thorup rejoignait la corporation : " Je me suis demandé ce qu'un homme aussi bon allait devenir dans le football. Il est impossible de trouver quelqu'un qui dise du mal de lui. Son point fort, c'est qu'il est un homme tout à fait normal. " " Jess est un chouette type dans un sale milieu ", écrit le journaliste danois Ole Bruun dans les colonnes du JydskeVestkysten, le principal journal du Jutland. C'est le souvenir qu'il veut laisser le jour où il quittera le KRC Genk, dit-il. " Je viens de dire ceci à mes joueurs : vous aurez ce que vous voyez. Je n'ai pas trois personnalités différentes. Je suis moi-même, jour après jour. " Sa présentation s'est déroulée dans une atmosphère festive. Tout le monde avait l'impression que le mariage avait de fortes chances de réussite, même si ça demande évidemment confirmation, autrement dit, des résultats. Le directeur technique genkois, Dimitri De Condé, a compris qui il avait engagé quand il a demandé à Thorup s'il avait besoin de nouveaux joueurs. " Je travaille avec ceux que j'ai. Pour le moment, je n'ai besoin de personne. " " Le cadre est posé. Nous réussirons si nous parvenons à lui donner de l'élan ", explique De Condé pour résumer ses attentes. " Aujourd'hui, nous manquons de clarté, nous ne savons pas quelle est notre meilleure équipe. " De Condé a remarqué que Thorup employait souvent le mot " positif " et que, quand on l'interrogeait sur ses idées footballistiques, il était toujours offensif. Il ne s'appuie pas sur une tactique définie à l'avance. Il travaille sur base des qualités de son groupe, alors que son prédécesseur optait davantage pour un style de jeu fixe. Du coup, certains joueurs avaient perdu confiance ou se sentaient superflus. Ce ne sera pas le cas avec Thorup, à condition qu'ils respectent sa principale règle : " C'est l'équipe qui compte. Personne n'a le droit de se placer au-dessus d'elle. " Thorup peut se montrer rude à l'égard de ceux qui l'enfreignent. De Condé a sciemment fait référence au mandat de Thorup à la tête des équipes de jeunes danoises et à son poste d'entraîneur principal du FC Midtjylland. " Ces cinq dernières années, nous avons promu un rien trop peu de talents du cru en équipe première. Nous avons confié cette mission à l'entraîneur, sachant que les jeunes avaient 39% de temps de jeu quand il entraînait Midtjylland. " Ce ne sera pas évident, car Genk dispose à peu près à chaque poste d'un ou deux talents étrangers qu'il compte revendre bientôt avec bénéfice et qui sont déjà plus avancés que les jeunes Genkois. Peu après son intronisation au poste de président de Genk, Peter Croonen avait déclaré que la continuité était un des chantiers du Racing. Or, Jess Thorup est déjà le dixième entraîneur de Genk en l'espace de dix ans. Aucun entraîneur n'est encore parvenu à se maintenir en poste plus d'un an et demi dans le Limbourg - Philippe Clement a voulu partir de son propre chef. Le Danois se maintiendra-t-il plus longtemps en selle ? À La Gantoise, Thorup a gagné quarante des 82 matches qu'il a dirigés. Il a fait match nul à 18 reprises, gagnant en moyenne 1,68 point par match.