Si la D1 faisait relâche ce week-end pour permettre aux Diables Rouges de s'illustrer en Bosnie, la D2 en a profité pour prendre son rythme de croisière. Après avoir débuté en semaine, l'antichambre de l'élite a disputé sa deuxième journée. Pointé comme le grandissime favori dans une série particulièrement relevée, Mons n'a pas manqué ses débuts. Après avoir arraché le partage à l'Antwerp, les hommes de José R...

Si la D1 faisait relâche ce week-end pour permettre aux Diables Rouges de s'illustrer en Bosnie, la D2 en a profité pour prendre son rythme de croisière. Après avoir débuté en semaine, l'antichambre de l'élite a disputé sa deuxième journée. Pointé comme le grandissime favori dans une série particulièrement relevée, Mons n'a pas manqué ses débuts. Après avoir arraché le partage à l'Antwerp, les hommes de José Riga ont étrillé Courtrai 6-1 et pointent à la troisième place, à deux points du promu Oud-Heverlee et de Dessel. Seule ombre au tableau, l'exclusion de Cédric Berthelin en fin de match. L'occasion était, par contre, belle pour Jeremie Njock de se rappeler au bon souvenir de tout le monde. Le Camerounais a signé son premier hat-trick depuis son arrivée en Belgique. Mais sens-tu une différence entre la D1 et la D2 ? Au sein de notre équipe, oui. Je sens un groupe motivé, qui a plus faim que la saison passée. On voit des joueurs qui ne lâchent rien et on sait que même dans les moments difficiles, on peut gagner. On nous a collé l'étiquette de favori, comme à chaque fois pour un descendant. Et on sait qu'on ne recevra pas de cadeaux. Mais les gars sont déterminés et poursuivent le même objectif. Contre Courtrai, Mons est parvenu à imposer son style. Et lorsque l'on parvient à faire cela, on rend notre match plus facile. On s'entraîne dans cette direction depuis deux mois. Mais on ne doit pas se leurrer, on devra s'attendre plus souvent à des rencontres comme celle de l'Antwerp avec du public, des duels et des combats qu'à celle du style de Courtrai. Mais on est au courant de cela. On a été préparé. On sait que l'on sera attendu à chaque déplacement. Et encore plus, après ce 6-1. C'est une question que l'on ne se pose pas. On ne se dit pas favori et on ne crie pas qu'on est les plus forts. On veut simplement tout faire pour remonter immédiatement. Moi, je me dis que si on veut monter de suite, il va falloir jouer de manière offensive. Mais, à l'extérieur, il faudra aussi à surveiller nos arrières. ( S. Vande Velde) S. Vande Velde