La RTBF diffusera les Coupes du Monde 2018 et 2022 grâce à l'Union européenne de radio-télévision (UER). Jean-Paul Philippot, président de cette association et administrateur de la chaîne publique, dévoile les coulisses de cette attribution.
...

La RTBF diffusera les Coupes du Monde 2018 et 2022 grâce à l'Union européenne de radio-télévision (UER). Jean-Paul Philippot, président de cette association et administrateur de la chaîne publique, dévoile les coulisses de cette attribution. C'est un processus assez strict, avec un cahier des charges dense et complet. La FIFA lance une procédure d'attribution et sollicite les agences sportives en fonction des territoires. L'UER entre alors en action. Elle est composée de 56 radiodiffuseurs nationaux. Nos membres répondent à une série de critères : audiences, couverture, etc. Plusieurs personnes à Genève rassemblent les informations. Cela prend plusieurs mois. Quand le dossier est bouclé, la FIFA se retire dans ses bureaux et décide. C'est à la fois simple et compliqué. Non. Par exemple, les pays scandinaves sont exclus car ils négocient autrement. Pareil pour les territoires du Maghreb qui ont déjà conclu un deal avec une chaîne satellitaire. Les grandes nations veulent négocier directement sur les marchés. Je constate que la FIFA avait confié l'attribution des droits à une agence privée avant de revenir vers l'UER. Nous sommes un point de contact pour un territoire important. Nous sommes un partenaire solvable qui a 60 ans d'existence. On dispose d'un réseau satellite et de fibres optiques des plus performants, etc. La comparaison est difficile. Mais, croyez-moi, le prix d'un Mondial est en rapport avec l'impact qu'il peut avoir sur les audiences. A partir du moment où c'est sécurisé avec l'UER, cela devient plus compliqué. Bertelsmann, le groupe qui détient RTL, a sûrement une agence sportive qui pourrait entrer en concurrence avec l'UER. Notre atout, c'est que nous représentons une plate-forme qui couvre une superficie importante. Très forte. Les droits des Jeux olympiques de Rio sont détenus par Sportfive. Mais nous restons sur la brèche. Durant l'hiver, nous avons signé un accord avec la Fédération internationale d'athlétisme pour les championnats du monde en salle (2014/2016) et en plein air (2015/2017).