VOO n'avait jamais vraiment été tenté par une formule de multi-live : pourquoi ce revirement ?

Ce n'est un multi-live au sens propre puisque toutes les rencontres ne sont pas commentées en même temps. Deux journalistes collaborent : l'un anime un match qui est considéré comme le fil rouge et l'autre surveille les actions (buts, phases importantes, ...) des autres. Bruno Taverne et Serge Radermacher ont formé le premier duo et il y en aura d'autres. La formule est souple : si c'est 4-0 dans le match central ou s'il y a un suspense intense dans une autre ren...

Ce n'est un multi-live au sens propre puisque toutes les rencontres ne sont pas commentées en même temps. Deux journalistes collaborent : l'un anime un match qui est considéré comme le fil rouge et l'autre surveille les actions (buts, phases importantes, ...) des autres. Bruno Taverne et Serge Radermacher ont formé le premier duo et il y en aura d'autres. La formule est souple : si c'est 4-0 dans le match central ou s'il y a un suspense intense dans une autre rencontre, on peut switcher. L'élément décisif pour la création de Goals of the day a été le nombre de matches programmés le samedi à 16 h. On s'est toujours questionné pour déterminer quelles étaient les plus belles affiches. La multiplication des Belges est un élément qui a compliqué la donne. Avant, on n'aurait jamais montré Burnley. Maintenant que Defour y joue, il y a un intérêt. Contenter tout le monde était impossible. Désormais, avec cette formule, on ne rate rien de 16 h à 18 h. Denayer effectue un terrible geste défensif ou Januzaj se distingue par une action ? Hop, on switche sur Sunderland. C'est très complet au niveau des images avec l'arrivée des joueurs, etc. La fin du programme permet d'amorcer la rencontre de 18 h qui est généralement une affiche. C'est notre concept. L'idée de base est de ne plus rien rater d'important. Notre public est varié et la programmation a toujours été compliquée. Il y a d'abord le public qui supporte un club (Chelsea, Liverpool, etc.). Il y a ceux qui suivent une équipe parce que des Belges y jouent. C'est le cas de Tottenham ou encore de Sunderland. D'autres raisons sont plus insolites : certains sont devenus fans de Newcastle car ils se sont pris d'affection pour Philippe Albert ! Le public cherche régulièrement à comprendre nos choix. Des supporters de Sunderland nous ont déjà demandé pourquoi le club n'était pas programmé chaque semaine ! Satisfaire tout le monde est très difficile. Avant, tout était visible dans L'Europe des 11. Mais, pour le chapitre anglais, l'émission a pris une tournure plus analytique, avec un débriefing du week-end. Avec Goals of the day, la question ne se pose plus. Tout est visible : les équipes et les joueurs préférés des téléspectateurs, les actions, les buts, etc. PAR SIMON BARZYCZAK" Avec Goals of the day, on ne rate rien de la Premier League " - JEAN-FRANÇOIS REMY