" Je suis tombé sur une phrase amusante de Raymond Goethals : - On riait aux quatre coins du pays de ma petite équipe de paysans de Saint-Trond, mais plus de la moitié des joueurs étaient professeurs ou régents. Le QI moyen était trois fois supérieur à celui des vedettes d'Anderlecht. Le Sorcier n'y a été par quatre chemins dans le livre du centenaire de l'Union Saint-Gilloise (1897-1997) de Rudy Ecrepont. Goethals défendait Saint-Trond, qu'il coacha de ...

" Je suis tombé sur une phrase amusante de Raymond Goethals : - On riait aux quatre coins du pays de ma petite équipe de paysans de Saint-Trond, mais plus de la moitié des joueurs étaient professeurs ou régents. Le QI moyen était trois fois supérieur à celui des vedettes d'Anderlecht. Le Sorcier n'y a été par quatre chemins dans le livre du centenaire de l'Union Saint-Gilloise (1897-1997) de Rudy Ecrepont. Goethals défendait Saint-Trond, qu'il coacha de 1960 à 63 et un joueur qu'il recruta au pied de la Butte, Jean Claes. Raymundo suivait régulièrement les Réserves de tous les clubs de D1, ce qui lui avait permis de découvrir Christian Piot avant qu'il ne fasse ses débuts en équipe fanion au Standard. Goethals a voulu le transférer à Saint-Trond mais Roger Petit trancha : -Pas question, s'il est bon pour toi, il est bon pour le Standard. Goethals - alias l'Inspecteur Columbo, référence au trench-coat défraîchi et à la tignasse improbable - a probablement été plus discret dans son enquête au Parc Duden. Attentif, il s'était demandé pourquoi Claes, solide arrière central, ne jouait plus. Il a suivi incognito l'équipe Réserve de l'Union et a repéré que Claes était au point, discipliné, fort de la tête, intransigeant dans le marquage. Il avait perdu sa place parce que les huiles des Jaune et Bleu l'estimaient un peu court techniquement. Goethals n'en avait rien à cirer et voulait, au centre de la défense qu'il mettait au point à Saint-Trond, un solide gaillard qui allait au mastique. Il a sauvé Claes... Ce régent en maths calculait parfaitement la défense en ligne imaginée par Raymond-la-Science. Son équipe avait dû répéter 100.000 fois la man£uvre à l'entraînement. Et le piège du hors-jeu se refermait à la perfection ; même Anderlecht qui pratiquait aussi cette tactique était embêté par Saint-Trond. Soutenu par un public de feu, il n'y allait pas par quatre chemins. Nous étions secoués comme les plus vulgaires pommiers de Hesbaye. On ne comptait pas les bosses en revenant du Limbourg. Claes se donnait à fond et mettait le pied quand il le fallait aussi : il n'a jamais déçu Goethals. Originaire de Tirlemont, Claes s'est tout de suite senti à l'aise chez des Canaris sacrés vice-champions en 1966. L'ancien Unioniste y était pour beaucoup. Il ne fut qu'une fois international A le 4 octobre en 1959 à Rotterdam contre les Pays-Bas qui taillèrent la Belgique : 9-1. Claes n'eut rien à se reprocher mais le sélectionneur national, Constant Vanden Stock, ne fit plus jamais appel à lui. Claes méritait plus d'égards. " PIERRE BILIC