La semaine passée, je me suis envolé pour la Serbie. J'ai atterri à Belgrade, pour ensuite joindre Kragujevac, à 150 bornes de la capitale. J'ai frôlé trois fois la mort durant le trajet. On est passé par des petites routes très escarpées. Ils roulent comme des fous ! J'y ai assisté aux matches du dernier groupe des qualifications pour l'EURO des -17 avec la Serbie, la Tchéquie, la Slovaquie et la Suède. J'ai suivi Suède-Tchéquie (0-6), Serbie-Slovaquie (3-1) et Tchéquie-Serbie (1-2). J'ai été déçu par la Suède. Le foot scandinave est en perdition. J'avais déjà été attristé par les Danois il y a deux semaines. Pour ce qui est des Tchèques et des Serbes, il y a beaucoup de talents.
...

La semaine passée, je me suis envolé pour la Serbie. J'ai atterri à Belgrade, pour ensuite joindre Kragujevac, à 150 bornes de la capitale. J'ai frôlé trois fois la mort durant le trajet. On est passé par des petites routes très escarpées. Ils roulent comme des fous ! J'y ai assisté aux matches du dernier groupe des qualifications pour l'EURO des -17 avec la Serbie, la Tchéquie, la Slovaquie et la Suède. J'ai suivi Suède-Tchéquie (0-6), Serbie-Slovaquie (3-1) et Tchéquie-Serbie (1-2). J'ai été déçu par la Suède. Le foot scandinave est en perdition. J'avais déjà été attristé par les Danois il y a deux semaines. Pour ce qui est des Tchèques et des Serbes, il y a beaucoup de talents. J'y ai rencontré Michel Piraux, délégué UEFA de la commission arbitrale. Il venait superviser la prestation d'un Hollandais et d'un Turc dont c'était la première compétition internationale. Il m'a aussi filé une petite info : Jérôme Nzolo va débuter sur la scène internationale dans un match des -19 en qualifications pour l'Euro. Pour savoir s'il a le niveau pour arbitrer plus haut. On a regardé Serbie-Slovaquie ensemble. C'était sympa. J'ai aussi vu Rémy Garde, ancien joueur et recruteur pour Lyon. Lille était aussi présent ainsi que... tous les clubs allemands. Un seul hollandais avait répondu à l'appel : Twente avec deux scouts. Par contre, aucun club belge. Le meilleur Serbe est Danijel Aleksic. Il joue en D1 serbe à Vojvodina. Lyon veut déjà s'offrir ses services. Résultat : il coûte très cher. Il me fait un peu penser à Savo Milosevic : un tueur de surfaces malgré le fait qu'il ne court pas très vite. Je ne me suis pas déplacé pour rien en découvrant un autre Serbe, dont je tais le nom... J'ai mangé avec ses parents et on a discuté. Son père est une véritable base. Un vrai Golgoth, comme son fils. Il faut que je le fasse signer dans le mois si je ne veux pas passer à côté. En mai, a lieu l'Euro en Turquie. Tous ces joueurs vont être sur le devant de la scène et devenir impayables... Le Suisse que je suivais depuis un petit moment a finalement signé à Monaco. C'est l'aboutissement d'un travail de deux ans. J'ai aussi vu un excellent Predrag Stevanovic, mais il est déjà à Schalke 04. Je suis encore tombé sur Frank Arnesen, le directeur technique de Chelsea. Il est venu voir son joueur : Milan Lalkovic, le meilleur élément slovaque. C'est un tout bon petit attaquant. On reparlera de lui. On suivait aussi depuis octobre un excellent défenseur central : Milan Milanovic. Mais il a signé au Lokomotiv Moscou pour 3 millions. J'aurais dû le mettre dans mes bagages directement. Heureusement, j'ai été séduit par un joueur slovaque. La loi française, dite Cotonou, nous pose souvent des problèmes d'organisation car elle nous impose de déménager la famille du joueur mineur. J'ai récemment fait signer un international nigérian des -17 : Aruna Lukman, dégoté au Mondial de Corée. Il avait été élu meilleur joueur. Mais il ne peut venir à Monaco que durant les vacances scolaires. Ce mec est du niveau de Bojan Krkic et d' Eden Hazard. Si t'en fais signer un comme ça par an, tu peux être content. Mon Suisse est du même acabit. J'ai aussi assisté aux entraînements des jeunes de l'OFK Belgrade, club partenaire de l'AS Monaco, parce que c'est important de cadrer les gars et de discuter avec sa famille. Si on voit un gamin qui joue avec les bas jusqu'aux genoux ou n'enlève pas sa casquette lorsqu'on discute, ça nous gonfle. Ce sont des signes qu'il se la pète. Mon Suisse n'est pas du tout comme ça. C'est un gars bien élevé qui parle allemand, français et italien. Ses parents sont Albanais. Ils ne sont pas du tout vénaux. Ils accordent plus d'importance à l'encadrement du joueur. Il y a peu, je voulais ramener un grand talent belge à Monaco. Mais il était beaucoup trop cow-boy, du genre à changer de pompes à chaque match. On veut des chouettes gars et parfois, il suffit de discuter avec les parents pour voir quelle éducation ils ont. Dans le métier, on ne fait donc pas toujours des déplacements de rêve. Ma semaine était exténuante : 1.500 kilomètres en trois jours. Je suis rentré par l'Allemagne et ai été retardé à l'aéroport de Munich : j'ai raté ma correspondance et suis finalement arrivé chez moi à 23 heures après être parti à 8 heures. PROPOS RECUEILLIS PAR TIM BAETE par stéphane pauwels