SvenKums (25) n'a pas vu le match Ecosse - Belgique. Ce jour-là, il déménageait chez... sa belle-mère, à Dilbeek, où sa copine et lui ont grandi. Malgré son transfert à Zulte Waregem, il n'a jamais songé à s'installer en Flandre. " Il me faut de l'animation ", dit ce Bruxellois pure souche. " En Frise, j'ai d'abord habité dans les polders mais je me suis vite rabattu sur le centre de Heerenveen. Là aussi, cependant, c'était trop calme : je me retrouvais toujours dans le même restaurant. "
...

SvenKums (25) n'a pas vu le match Ecosse - Belgique. Ce jour-là, il déménageait chez... sa belle-mère, à Dilbeek, où sa copine et lui ont grandi. Malgré son transfert à Zulte Waregem, il n'a jamais songé à s'installer en Flandre. " Il me faut de l'animation ", dit ce Bruxellois pure souche. " En Frise, j'ai d'abord habité dans les polders mais je me suis vite rabattu sur le centre de Heerenveen. Là aussi, cependant, c'était trop calme : je me retrouvais toujours dans le même restaurant. " Sven Kums : J'en lisais déjà à Courtrai mais c'est vrai que là, cette passion s'est encore accrue. J'en échangeais même avec mes équipiers. Pour moi, c'est aussi un excellent somnifère. J'avais du temps libre et je me suis dit que ce serait bien de jouer d'un instrument. J'ai hésité entre la guitare et le piano. Au début, j'ai pris une heure de cours privé par semaine. C'était très basique car je devais aussi apprendre à lire les notes. Puis je devais savoir jouer une pièce de Beethoven ou Mozart pour la semaine suivante. Cela me prenait deux heures par jour. Après quelques mois, j'ai commencé à jouer de la musique pop et de la R&B que j'écoutais sur YouTube. Pas forcément mais ça me détend et ça me donne de l'énergie. Je préfère ça à la PlayStation mais c'est une question de goût. J'ai besoin d'apprendre de nouvelles choses. J'ai fait cela parce que ma soeur est psychologue et parce que le choix à l'université de Zwolle était très restreint mais ce n'était pas mon truc, même si j'ai tout de même fait 5/10 à un examen sur un syllabus de 800 pages. Maintenant, je veux être kiné, comme mon frère. Je me suis déjà renseigné à la VUB sur la façon de combiner cela avec le foot et de passer un examen par semestre car ma carrière reste prioritaire. Pas plus que de regarder un film. Ça détend. Oui, j'ai même fait l'impasse sur une année entière. A l'époque, je ne jurais que par le foot. Aujourd'hui, je sais qu'il y a autre chose dans la vie. La première saison était super. Je jouais médian défensif, j'étais le chaînon manquant entre la défense et l'attaque et tout s'est si bien passé que nous avons terminé cinquièmes. Mais au cours de l'été, nous avons perdu plusieurs joueurs de talent et leurs remplaçants ne sont arrivés qu'après la période de préparation. Le temps qu'ils s'intègrent et que nous nous adaptions au nouvel entraîneur, nous étions éliminés en Coupe d'Europe et nous nous retrouvions en position de relégables avec un 3 sur 18. Au début, personne ne se sentait bien dans le système de Van Basten. Alors que RonJans jouait le contre, lui voulait qu'on domine, avec deux arrières latéraux qui jouaient très haut et deux médians défensifs : LucasMarecek et moi. Mais nous nous marchions sur les pieds. Cela n'a été mieux que lorsqu'il a remplacé Marecek par JoeyvandenBergh et qu'il a fait passer FilipDjuricic du poste de meneur de jeu à celui de médian gauche. Grâce à l'arrivée de Yassine ElGhanassy, nous avons même disputé les play-offs. J'ai appris cela quand j'étais en vacances. J'étais prêt à lutter mais il est évident qu'un entraîneur ne fait pas venir un gars pour le laisser sur le banc, même si j'étais bon à l'entraînement. Tout ce qu'il m'a dit, c'est qu'il devait faire des choix mais il ne m'a jamais dit ce qui n'allait pas. Ni pourquoi je n'étais plus vice-capitaine. On peut dire ça, oui. Dommage car, en dehors du terrain, je le trouvais charmant. Mais quand je lui ai dit que je préférais partir que rester deux ans sur le banc, il m'a juste répondu : -Alors, vas-y.Je n'ai pas lu cela et il ne me l'a jamais dit. Au contraire, il me disait souvent que, malgré ma taille moyenne (1,76 m, ndlr), je prenais pas mal de ballons de la tête. Tout dépend de ce qu'on entend par là. Evidemment, si on me compare à Junior Malanda... Mais j'ai d'autres atouts. Et puis, mon remplaçant à Heerenveen est plus petit que moi et il travaille encore moins défensivement. J'ai beaucoup progressé sur ce plan aux Pays-Bas car en 4-3-3, tu dois suivre ton homme partout. Oui et si j'avais su que Van Basten me reprochait un manque de puissance au duel, j'aurais fait plus de musculation encore. A 18 ans, je n'avais pratiquement pas de muscles. Un médecin sportif m'a fait remarquer que je ne pouvais pas miser que sur ma technique et, depuis, je fais deux à trois séances de fitness par semaine. Je suis aussi régulièrement un régime protéiné parce que, si on ne s'alimente pas correctement, le fitness ne produit aucun effet. Un journaliste m'a demandé si j'aimerais jouer à l'étranger. J'ai dit oui, bien sûr. Mais je ne considère pas Zulte Waregem comme un pas en arrière, au contraire : nous jouons les poules de l'Europa League et je sens que j'ai la confiance de l'entraîneur. " PAR JONAS CRETEUR - PHOTO : KOEN BAUTERS