Nous vous l'annoncions dans le précédent numéro, l'ex-rédacteur en chef de 11 TV a été remercié le 13 décembre. Il revient sur son licenciement.
...

Nous vous l'annoncions dans le précédent numéro, l'ex-rédacteur en chef de 11 TV a été remercié le 13 décembre. Il revient sur son licenciement. Non ! C'était pour moi une très grande surprise, ou plutôt une très mauvaise. La semaine qui a précédé mon licenciement, j'avais même obtenu une augmentation. J'ai donc été totalement pris au dépourvu. Ce qui rend ce moment encore plus pénible. Bien sûr, j'ai entendu ces bruits. Pourtant, il ne m'a jamais fait aucun reproche sur mon travail. La dernière réunion en sa compagnie, qui suivait la fin du contrat nous liant avec la RTBF et la VRT, s'était parfaitement déroulée. Aujourd'hui, je tente simplement d'avoir des explications que l'on ne daigne pas encore me donner... Non, je ne crois pas. Les derniers résultats affichés par la chaîne étaient positifs. Et particulièrement pour RSCA TV ; un projet auquel je tenais tout particulièrement. Le coup est rude, je suis meurtri. J'ai le sentiment d'avoir rempli mes différentes missions. La collaboration avec Woestijnvis se déroulait au mieux et les enquêtes de satisfaction étaient là pour le démontrer. Michel Lecomte a déclaré dans la presse qu'il comptait continuer avec moi. En tous cas, s'il en a besoin, je suis là. Je tiens d'ailleurs à remercier toute son équipe pour ses témoignages. Ces marques de sympathie ne se résument pas qu'aux médias. Des membres des trois grands clubs m'ont appelé, tout comme le nouveau CEO de l'Union Belge, Jean-Marie Philips, et bien d'autres encore. Oui, je suis passionné par ce sport ! J'aimerais travailler dans le marketing sportif, que ce soit ici ou à l'étranger. Je m'intéresse de près aux nouvelles technologies. Je suis convaincu que l'on peut développer au niveau des clubs ou des fédérations de nouvelles plateformes de communication et de nouveaux services, sans pour autant que cela coûte beaucoup d'argent. Je viens de fêter mes 40 ans et je suis là pour raconter une histoire moderne... Thomas Bricmont