Ces derniers mois, Koen De Vleeschauwer a trouvé son second souffle à Roulers. Dirk Geeraerd a parlé de renaissance du médian droit de 35 ans. Celui-ci a néanmoins accueilli la trêve avec soulagement : " Notre style de jeu requiert énormément d'énergie ".
...

Ces derniers mois, Koen De Vleeschauwer a trouvé son second souffle à Roulers. Dirk Geeraerd a parlé de renaissance du médian droit de 35 ans. Celui-ci a néanmoins accueilli la trêve avec soulagement : " Notre style de jeu requiert énormément d'énergie ". De Vleeschauwer estime, comme Geeraerd, que l'équipe, en construction, va être plus mûre au second tour. " Notre entraîneur voulait rompre avec le style de Dennis van Wijk, qui pratiquait un jeu tout en puissance et usait de longs ballons. Ce n'était pas marrant pour les médians. Geeraerd, lui, prône un jeu au sol, par combinaisons. Cela requiert du temps car les défenseurs doivent désormais participer à la relance. Nous, médians, remarquons la différence : nous avons plus souvent le ballon, nous sommes libérés et reprenons confiance. A l'entraînement, nous travaillons la possession du ballon dans des espaces restreints, pour promouvoir la créativité. Nous tentons d'induire une supériorité numérique. C'est moins fatigant que le football de la saison passée ". Le médian se sent pousser des ailes : " Van Wijk jouait de manière compacte, en misant sur le contre. Il ne cessait de brailler. Il criait que nous ne lui arrivions pas à la cheville, en référence à son palmarès de joueur. Il manquait de la plus élémentaire correction... Je n'aime pas les gens qui démolissent tout. L'arrivée de Geeraerd a été un soulagement. Je m'amuse à nouveau sur le terrain. Je peux à nouveau prendre des initiatives, servir les attaquants. Martijn Monteyne et moi nous apprécions beaucoup, en plus. C'est un têtu, comme Eric Gerets ". Neuvième, Roulers a pris 19 de ses 21 unités sur ses terres. Il reste faible en déplacement. " Mais nous n'érigeons plus de muraille ", contre De Vleeschauwer. " Nous aurions mérité mieux à Charleroi et nous avons bien résisté à Anderlecht et au Standard. Cependant, nous profitons pleinement de la petitesse de notre terrain et de l'ambiance que mettent les supporters. Nous nous sentons invincibles. Nous nous débarrassons pourtant petit à petit de notre angoisse en déplacement pour jouer en fonction de nos aptitudes, sans que cela se soit encore traduit par des points ". De Vleeschauwer est satisfait du classement roularien : " Ceux qui nous voient à domicile pensent sans doute que nous sommes capables de mieux mais nous visons le maintien. Compte tenu de notre budget et de la qualité du noyau, notre place actuelle est excellente. Plusieurs transferts de séries inférieures ont été des succès, comme ceux de Malki et SébastienDufoor. Roulers me rappelle l'Eendracht Alost : c'est un club familial, dénué de pression ". L'avant d'Anderlecht Sami Allagui a été loué pour compenser le départ au Germinal Beerschot de Malki, qui, dit-on, va y gagner cinq fois plus. Le départ forcé de Wagneau Eloi peut déséquilibrer le compartiment offensif. " Nous avons encore Dufoor. Il me fait râler quand il ne vit pas assez pour son métier car il a énormément de talent. Nous avons aussi Paul Kpaka. Il serait opportun de transférer un élément qui ait de l'expérience en D1 car nous manquons d'alternatives. L'explosivité et l'opportunisme de Malki vont nous manquer ". Roulers peut rêver de Coupe UEFA via la Coupe de Belgique. Il affronte Gand ce week-end : " Soyons réalistes, même si nous jouons au Schiervelde : Gand est un outsider pour le titre, l'équipe est en pleine forme et Georges Leekens est un entraîneur rusé. Il a l'art d'obtenir des résultats. De ce point de vue, il est le meilleur de tous ceux avec lesquels j'ai travaillé. Il dirige un ensemble bien organisé au sein duquel Davy De Beule, Alin Stoica et Christophe Grégoire apportent leur touche technique tandis qu' Adekanmi Olufade peut faire des ravages avec sa vitesse ". FRÉDÉRIC VANHEULE