Si au sud du pays, c'est Axel Witsel qui recueille tous les suffrages, au nord, Ivan Perisic détient depuis plusieurs semaines la toute grosse cote. Buteur, passeur, bon jeu de tête, pied gauche-pied droit, sur l'aile ou au milieu, le Croate donne l'impression de savoir tout faire. Face à Anderlecht, il y a dix jours, il a crevé l'écran : un but, un assist, et une menace incessante pour une défense bruxelloise aux abois. " C'était mon match le plus abouti depuis que je suis au Club. " Mais pas question pour le récent international d'être paralysé par un futur transfert que l'on dit en bonne voie. L'homme est bourré de confiance. Et il nous explique pourquoi.
...

Si au sud du pays, c'est Axel Witsel qui recueille tous les suffrages, au nord, Ivan Perisic détient depuis plusieurs semaines la toute grosse cote. Buteur, passeur, bon jeu de tête, pied gauche-pied droit, sur l'aile ou au milieu, le Croate donne l'impression de savoir tout faire. Face à Anderlecht, il y a dix jours, il a crevé l'écran : un but, un assist, et une menace incessante pour une défense bruxelloise aux abois. " C'était mon match le plus abouti depuis que je suis au Club. " Mais pas question pour le récent international d'être paralysé par un futur transfert que l'on dit en bonne voie. L'homme est bourré de confiance. Et il nous explique pourquoi. Ivan Perisic : Je ne sais pas. Je crois que c'est toute l'équipe qui monte en puissance et j'en bénéficie tout simplement. J'ai acquis de l'expérience, dont je manquais cruellement. Bruges et Roulers, c'est incomparable. J'ai aussi disputé pas mal de rencontres européennes, ça m'a permis de prendre confiance. Au niveau physique, je me suis développé. J'ai gagné environ trois kilos de masse musculaire. Je suis le premier surpris. Quand je vois les tests réalisés en début de saison, j'étais quasiment premier au sprint. Avant c'était plutôt au niveau endurance que je me distinguais. Le fait que je joue désormais à gauche et non plus au milieu explique peut-être ce changement. Non, je pense toujours que c'est au milieu. Et pas vraiment à une place en particulier, je peux me débrouiller n'importe où. Au milieu, je me sens plus libre. Je suis capable de faire le box-to-box ; j'aime être devant le but mais je sais également défendre. Aujourd'hui, toutes les grosses équipes cherchent ce type de joueurs très complets. Je ne sais pas, je n'ai parlé avec personne de ce club. D'ailleurs, je ne peux pas le faire car j'ai encore un contrat de quatre ans ici. Si un club est intéressé il doit s'adresser aux dirigeants brugeois, pas à moi. Je me répète, je n'ai parlé avec personne. Peut-être que mon manager l'a fait. Moi, je n'ai rien entendu. Pas vraiment. Mais je ne sais pas si j'ai déjà le niveau pour prester en Angleterre. Là-bas c'est le top niveau, il faut être à 100 % à tous les matches. Je préférerais une étape intermédiaire. Je crois que ce serait l'étape idéale. Non pas du tout. Je sais que si je travaille correctement je peux gagner ma place n'importe où. Chacun son opinion. Mais c'est vrai que c'est une belle équipe. La saison dernière, on s'est effondré en fin de championnat et on a perdu notre 2e place au profit de Gand lors de la dernière journée. Le groupe a connu des difficultés à passer au-dessus de cette déception. En octobre-novembre, les résultats n'étaient pas bons, les supporters ont fait savoir leur mécontentement. Moi, j'ai été attrapé par cette sortie en discothèque, ce qui n'a rien arrangé. Mais toute cette histoire fut gonflée : je ne suis resté qu'une heure sur place et je n'ai rien bu ; rien de dramatique. J'avais dormi l'après-midi environ quatre heures. Le soir, je n'étais évidemment plus fatigué et j'ai donc demandé à mon ami qu'on sorte une heure, rien de plus. On savait qui était là-bas ce soir-là. Didier Drogba, Nenad Jestrovic. Si on avait gagné personne n'aurait évoqué cette sortie. Au final, je me suis excusé, j'étais en tort mais ce n'était pas grand-chose, d'autant qu'on jouait le lendemain à 20 h 30. Beaucoup de joueurs viennent de pays différents, il faut arriver à accepter que les caractères ne sont pas les mêmes. Je sais que je n'aurais pas dû réagir comme ça mais ça ne serait jamais arrivé s'il ne m'avait rien dit. Ses paroles je les garde pour moi. Aujourd'hui le différend est aplani. On dit que les Croates de l'Adriatique ont une mentalité un peu chaude ( il rit). Mais je crois que cette personnalité me sert davantage qu'elle me dessert dans le monde du foot. Quand ça ne va pas, il faut parfois hausser la voix. Je voyais que j'étais barré, qu'on ne voulait pas faire confiance. Ou alors il fallait jouer pour moins de 1.000 euros par mois, alors que le club donne des salaires de 300 à 400.000 euros par an pour des joueurs étrangers de 35 ans. Et pourtant il y a un talent monstre dans cette partie de la Croatie. Mais il faut s'exiler si un jeune veut jouer. Même Luka Modric a dû se rendre au Dynamo Zagreb pour avoir sa chance. A Split, on le trouvait trop petit, trop maigre. Aujourd'hui, c'est encore pire qu'avant. A l'époque, j'avais choisi ce club car c'était celui qui me voulait le plus ( NDLR, il avait également été testé à Anderlecht pendant 2 semaines), leurs dirigeants étaient venus à Split en jet privé pour me signer. Le hic, c'est que le coach qui m'avait fait venir (Alain Perrin) est très vite parti à Lyon. Le coach qui l'a remplacé a amené avec lui ses joueurs et je n'ai jamais eu ma chance. Quand je monte sur le terrain, c'est avec la gagne. Je crois en mes qualités, je sais que si j'acquière de l'expérience, que je multiplie les matches de haut niveau, que ce soit avec l'équipe nationale ou en Coupe d'Europe, je peux arriver très haut. Je sais que je peux faire la différence. Si j'ai confiance en moi, je peux faire de très grandes choses. Je n'ai jamais peur, c'est peut-être ma plus grande qualité. Non, sincèrement je ne pense pas à ça. C'est bien pour ma page Wikipedia mais ça ne m'obsède pas. Je ne vais pas changer mon jeu en fonction de ça. Les passes décisives ça me procure toujours autant de plaisir. Je crois oui. Il faut penser à sa carrière. L'an dernier, j'avais déjà des propositions d'Allemagne et de Turquie mais avec Luc Devroe, on a décidé qu'il était préférable de rester encore un an. Mais je ne vais pas repousser ma décision moment éternellement. Je crois que c'est le moment. C'est possible, pourquoi pas ? Je sais aussi que des grands clubs comme le Barça ont énormément de scouts. Je ne suis certainement pas le seul qu'ils suivent,... si c'est le cas. PAR THOMAS BRICMONT" Meilleur buteur, c'est bien pour ma page Wikipedia mais ça ne m'obsède pas. "