Les transferts faramineux du Real Madrid sont mon premier sujet de réflexion. Est-ce cohérent de débourser de telles sommes pour Kaká et Cristiano Ronaldo ? Pour Michel Platini, cette situation ne peut plus durer. En Allemagne, Franz Beckenbauer et Karl-Heinz Rummenigge, le président du Bayern, veulent instaurer une limite de prix en fonction du budget des clubs. Dans cette affaire, le Real est clairement avantagé. Ses relations dans les banques lui ont permis d'emprunter 250 millions d'euros. Selon une agence de marketing, Kaká va rapporter 75 millions d'euros grâce, entre autres, à la vente de maillots. Un journaliste de L'Equipe a fait les comptes. Pour récupérer sa mise, le Real doit vendre trois millions de maillots. Aucun joueur n'a jamais atte...

Les transferts faramineux du Real Madrid sont mon premier sujet de réflexion. Est-ce cohérent de débourser de telles sommes pour Kaká et Cristiano Ronaldo ? Pour Michel Platini, cette situation ne peut plus durer. En Allemagne, Franz Beckenbauer et Karl-Heinz Rummenigge, le président du Bayern, veulent instaurer une limite de prix en fonction du budget des clubs. Dans cette affaire, le Real est clairement avantagé. Ses relations dans les banques lui ont permis d'emprunter 250 millions d'euros. Selon une agence de marketing, Kaká va rapporter 75 millions d'euros grâce, entre autres, à la vente de maillots. Un journaliste de L'Equipe a fait les comptes. Pour récupérer sa mise, le Real doit vendre trois millions de maillots. Aucun joueur n'a jamais atteint ce chiffre. Mais comme c'est le Real, tout le monde se tait. Je me pose aussi des questions sur la logique de ce recrutement. Le talon d'Achille de Madrid, c'est sa défense. Cette année, IkerCasillas et compagnie ont encaissé 1.37 but de moyenne : c'est énorme. Or, le Real se jette sur des joueurs offensifs qui n'accomplissent pas leur travail de sape en perte de balle ! Cette saison, Ronaldo a été plusieurs fois sifflé par ses supporters parce qu'il regardait ses coéquipiers travailler pour lui, les mains sur les hanches. Au Barça, cela tourne autrement. LionelMessi ou Thierry Henry n'hésitent jamais à descendre de 50 mètres dans le jeu pour chasser le ballon. En tout cas, ces sommes démesurées sont négatives pour le football belge. Comment voulez-vous demander au Standard ou à Anderlecht de rivaliser en Champions League avec des ogres pareils ? Toujours sur le thème de l'argent, j'ai lu dans le Daily Mail que Mike Ashley avait mis en vente Newcastle sur le site du club : " Possédez-vous 114 millions d'euros ?" pouvait-on y lire. C'est hilarant. Comme si un supporter avait cette somme cachée dans son matelas... On dit parfois que les footballeurs ont des difficultés pour gérer leur après-carrière. Ce n'est pas le cas de la génération 98. Tous les joueurs français champions du monde cette année-là se sont intelligemment reconvertis. La majorité a trouvé une place à la télé, sur Canal+, Orange ou M6. Le meilleur, c'est Christophe Dugarry. Il effectue même des piges pour ESPN Classic. Trois personnalités ont pris de la distance par rapport aux médias. Fabien Barthez a ouvert une école de gardiens. Bernard Diomède a lancé une école de jeunes pour les 13-16 ans. Vincent Candela est devenu agent de joueurs. Et Stéphane Guivarch est un touche-à-tout : il est consultant, s'occupe d'un club amateur dans le sud du Finistère et il est agent commercial dans une entreprise de vente de piscines. Les deux éléments les plus intelligents, Laurent Blanc et Didier Deschamps sont devenus de brillants entraîneurs. Ce n'est pas étonnant. En 98, Blanc et Deschamps étaient les deux leaders du noyau. Lilian Thuram et Zinédine Zidane occupent aussi des fonctions prestigieuses. Thuram a été choisi comme ambassadeur de la campagne pour l'EURO 2016 en France. Et Zidane est aujourd'hui le conseiller du président Florentino Pérez, au Real. Un seul a été écarté de ce groupe qui a fait pression pour écarter Raymond Domenech du poste de sélectionneur national : Emmanuel Petit. Les anciens n'ont pas supporté que Petit égratigne Zidane dans sa biographie, A fleur de peau. Seuls quatre ex-champions sont encore en activité : Robert Pirès, David Trezeguet, Henry et Patrick Vieira. Une ancienne légende qui stresse, c'est Diego Maradona. L'Argentine est en grande difficulté après sa défaite en Equateur. J'ai vu le match en Espagne. Carlos Tévez a raté un penalty et Marcelo Ramón Elizaga, un gardien... argentin naturalisé équatorien, a tout arrêté. L'Argentine perd ses moyens dès qu'elle joue en altitude. Elle s'était inclinée en Colombie 2-1 à 2.600 mètres d'altitude et 6-1 en Bolivie à 3.500 mètres. Messi et ses coéquipiers sont actuellement quatrièmes avec 22 points et deux unités d'avance sur l'Equateur. Or, seuls les quatre premiers se qualifient directement pour l'Afrique du Sud, le cinquième disputant un barrage contre le représentant de la Concacaf. Malgré tout, Maradona s'est montré bon perdant. Il a félicité personnellement tous les Equatoriens. Un signe que les mentalités changent ? PROPOS RECUEILLIS PAR SIMON BARZYCZAK - par stéphane pauwels