" La venue d'Arsenal au Standard, en Ligue des Champions, m'a fait penser à la première finale européenne disputée par un club belge en 1970. Et, à cette occasion, en Coupe des Villes de Foire (l'ancienne Coupe de l'UEFA puis Europa League), Anderlecht se mesura en deux manches aux Gunners. Cette génération des Mauves était à son apogée et détenait le potentiel nécessaire pour gagner une grande finale. Anderlecht pouvait miser sur des éléments de grande valeur comme Wilfried Puis, Paul Van Himst, Johan D...

" La venue d'Arsenal au Standard, en Ligue des Champions, m'a fait penser à la première finale européenne disputée par un club belge en 1970. Et, à cette occasion, en Coupe des Villes de Foire (l'ancienne Coupe de l'UEFA puis Europa League), Anderlecht se mesura en deux manches aux Gunners. Cette génération des Mauves était à son apogée et détenait le potentiel nécessaire pour gagner une grande finale. Anderlecht pouvait miser sur des éléments de grande valeur comme Wilfried Puis, Paul Van Himst, Johan Devrindt, Jan Mulder, Pummy Bergholz, etc. Sur le chemin de la finale, Anderlecht élimina Valur Reykjavik, Coleraine, Dunfermline, Newcastle et l'Inter Milan. Chez nous, Arsenal fut secoué comme un vieux prunier mais marqua quand même un but : 3-1 (deux buts de Mulder et un de Devrindt). A Londres, nous avons probablement perdu la deuxième manche... 24 heures avant le coup d'envoi. Anderlecht cherchait ses repères lors d'un entraînement sur la pelouse de Highbury. Wilfried éprouva un besoin urgent et arrosa la pelouse au lieu de filer aux toilettes. Le manque de respect de Puis n'échappa pas à la presse anglaise. Les tabloïds nous ont tués le lendemain et il n'en fallait pas plus pour transformer nos adversaires en lions sur un terrain gorgé d'eau par un arrosage excessif, ce qui leur convenait bien. Le ballon file plus vite sur une telle surface. Incapable de résister à ce rythme et face à des adversaires hyper motivés, Anderlecht fut balayé 3-0. Une génération avait loupé la montre en or et c'est resté une grande frustration. A l'époque, Mulder était un des meilleurs attaquants européens. Avec ses qualités, il ferait fureur en Ligue des Champions. Ses atouts sautaient aux yeux : technique, frappe, intelligence, détente aérienne, sens du but (meilleur buteur de D1 en 1967 : 20 buts), robustesse, audace, vitesse, etc. Dès son arrivée à Anderlecht, en 1965, il était évident que ce gars-là avait du talent à crever,... en plus d'une personnalité hors du commun. Mulder tomba tout de suite amoureux d'Anderlecht et de Bruxelles. Il donna immédiatement l'impression d'avoir toujours vécu dans le vestiaire anderlechtois. La classe. Avec son apport, Van Himst a pu reculer dans le jeu et atteindra sa plénitude dans un rôle de numéro 10, de soutien d'attaque. L'ailier droit néerlandais Bergholz nous apporta beaucoup aussi, ainsi qu'au foot belge. En 1972, Mulder est parti à l'Ajax d'Amsterdam où un genou récalcitrant mit fin à sa carrière. Des perles comme Mulder et Bergholz sont désormais hors de prix pour les clubs belges... " lné en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing)propos recueillis par pierre bilic