Vision tactique

Est passé du 4-4-2 à un 4-3-3 plus offensif. Aime que son équipe joue loin de son but, avec des joueurs techniques. Demande à ses joueurs de construire et n'aime pas ceux qui ne comprennent pas. Apprécie les jeunes.
...

Est passé du 4-4-2 à un 4-3-3 plus offensif. Aime que son équipe joue loin de son but, avec des joueurs techniques. Demande à ses joueurs de construire et n'aime pas ceux qui ne comprennent pas. Apprécie les jeunes. Ben Peeters, son entraîneur des jeunes à Feyenoord. Ne pratique pas la langue de bois. Catastrophique en français et son anglais est moyen. Homme de la rue, il n'hésite pas à parler franc aux joueurs s'il ressent un manque de respect. Adore les surnoms. A perdu son épouse, Jenny, il y a deux ans, des suites d'un cancer. S'en est difficilement remis. Père de Tom, Jan et Pim. Vit à présent avec Lydia à Relegem. Monte et descend chaque jour les escaliers de sa maison : " Et je souffle comme un b£uf ". Ne fait plus de sport. A cause de son poids, souffre de la goutte. Tout avec ballon. Travaille beaucoup le placement mais c'est son adjoint qui donne les séances tandis qu'il observe. En training à l'entraînement, plus classique en match mais fait peu attention à son aspect. Eclate souvent de rire. Reste toujours le même, que ce soit dans les business seats d'Anderlecht ou dans la buvette d'un club de P3. Critique allègrement ses joueurs lorsqu'ils n'ont pas respecté les consignes mais peut aussi les couvrir de louanges. Est parfois incompréhensible mais est honnête, amusant, direct. N'a rien à cacher. La Deuxième Guerre mondiale. Possède des tas de livres et de films sur le sujet. Apprécie le soleil, la mer, la plage. Un volcan. Ne cesse de gesticuler le long de la ligne. Suit parfois le match de la tribune pour avoir une meilleure vue. Son adjoint coache tandis qu'il réserve ses consignes pour la mi-temps. Ne boit jamais d'alcool par crainte de devenir fou et hait les ivrognes. Désirait être marin, parce que cela rapportait beaucoup d'argent. Comme sa mère ne le voulait pas, il s'est mis à jouer au foot. Exemple de son humour : " Nous jouions tellement lentement que les mouches restaient collées aux maillots ". Il capte 4.000 chaînes, dont 50 consacrées uniquement au football. Il lui est déjà arrivé de passer 12 heures devant la télé. Sous ses dehors bourrus, un homme attachant qui ne cache pas ses sentiments. Toujours prêt à donner un coup de main. A un journaliste qui lui demandait s'il n'en avait jamais marre du football : " Et toi, tu n'en as jamais marre de ta bêtise ?"