Le stress glisse sur Alberto Contador comme l'eau sur les ailes d'un canard. La chèvre ibérique a galopé vers son deuxième succès au Tour d'Italie, apparemment peu soucieux de se voir bientôt retirer ce succès au Giro. Or, son contrôle positif au clenbutérol, au Tour de France, constitue toujours une épée de Damoclès.
...

Le stress glisse sur Alberto Contador comme l'eau sur les ailes d'un canard. La chèvre ibérique a galopé vers son deuxième succès au Tour d'Italie, apparemment peu soucieux de se voir bientôt retirer ce succès au Giro. Or, son contrôle positif au clenbutérol, au Tour de France, constitue toujours une épée de Damoclès. " Peu de coureurs ont la résistance mentale de Contador ", relève Johan De Muynck, le dernier vainqueur belge du Giro en 1978. " Cette affaire le poursuit depuis des mois. Le commun des mortels aurait craqué mais pas Contador. C'est sa force mentale qui m'impressionne le plus. " De ce point de vue, Contador rappelle Lance Armstrong, son ancien leader. " Mais Contador est plus malin que l'Américain ", selon De Muynck. " Armstrong était très bien piloté par Johan Bruyneel. Sans lui, il n'aurait pas remporté le Tour à sept reprises, peut-être même pas une seule fois. Contador n'a pas besoin de consignes ni de plans. Il connaît le succès quel que soit son directeur d'équipe. " Avec trois Tours, deux Giro et une Vuelta, Contador a remporté six grands tours. Jamais il ne s'est adjugé une telle épreuve avec une telle avance que dimanche dernier, tout en séduisant la moitié du peloton et le public. Ses dauphins, Michele Scarponi et Vincenzo Nibali, terminent à six minutes. " Scarponi devient plus régulier ", constate De Muynck. " Mais pour remporter un grand tour, il faut au moins pouvoir attaquer une fois. Or, Scarponi ne sait pas faire la différence. " Nibali, âgé de 26 ans, alors que Scarponi en accuse 31, a plus de crédit auprès de De Muynck. " Il va encore progresser. La pression était encore trop forte pour lui, puisqu'il était leader de son tour national pour la première fois, alors qu'il passait par la Sicile, son port d'attache. Ce n'était pas évident à gérer. Nibali est physiquement doué mais reste à voir s'il a suffisamment de mental. "Ce Giro a illustré à quel point la liste des candidats à la victoire dans les grands tours est courte. " Il n'y a plus beaucoup de spécialistes du classement. Regardez les nations cyclistes. La France n'en a plus. En Italie, il ne reste que Nibali et Ivan Basso. Pour la première fois depuis longtemps, nous possédons en Jurgen Van den Broeck un coureur apte à briguer les places d'honneur. Seule l'Espagne recèle encore plusieurs coureurs de tours. " Contador voit entre-temps ses chances de participer au Tour de France croître car le TAS a reporté ses auditions. Cependant, la lourdeur de ce Giro a laissé des traces, même chez Contador, a remarqué Andy Schleck depuis la Californie. " Néanmoins, je pense qu'il est encore capable de s'adjuger le Tour cette année ", juge De Muynck. " Même s'il roulera peut-être plus prudemment, il lui suffira de frapper une fois puis de contrôler intelligemment la suite de l'épreuve. " BENEDICT VANCLOOSTER