Entraîneur qui charme comme James Bond

Le Petit Prince de Saint-Exupéry. En le lisant, je me questionne : pourquoi j'agis ? Pourquoi est-ce que j'éprouve le besoin de foncer ? Plusieurs passages montrent comment l'homme finit par tuer ses sentiments.
...

Le Petit Prince de Saint-Exupéry. En le lisant, je me questionne : pourquoi j'agis ? Pourquoi est-ce que j'éprouve le besoin de foncer ? Plusieurs passages montrent comment l'homme finit par tuer ses sentiments. En 1983, c'était Yannick Noah. Aujourd'hui, c'est Lambert Wilson. J'ai déjà été poursuivi jusqu'à mon habitation pour donner un autographe à un fan qui me confondait avec lui ! Etes-vous fier de vos enfants ? Frédéric François. Quand on n'a que l'amour de Jacques Brel. C'est le symbole de l'être humain qui combat ses peurs. Or aimer implique beaucoup de peurs ! J'adore Brel pour ses zones d'ombre, ses sentiments extrêmes et son message : le remède, c'est l'action ! Je ne regrette rien d'Edith Piaf. Elle parle de ses qualités, de ses défauts et s'accepte telle qu'elle est. Parfois, vu les goûts de mes enfants, je me demande quand même si je ne suis pas devenu un vieux con ! Romy Schneider. J'ai toujours été fou amoureux d'elle. Elle a disparu à un moment où j'obtenais des succès. Son interprétation dans Le vieux Fusil est incroyable. Les James Bond ! En 1983, j'étais en stage dans une sorte de Club Med. Un soir, nous avons accepté de participer à un concours d'imitation de personnages organisé par les G.O. Un de mes amis a dû imiter Tarzan et moi James Bond. J'ai fait ressortir le côté charmeur du personnage... et j'ai gagné ! Le huitième jour. Les handicapés ou les enfants ne pratiquent pas la langue de bois... Ils vous formulent des vérités qui vous frappent en pleine figure. Mickey Mouse. J'ai eu la chance d'aller aux States dans les années 70 et de visiter le parc d'attraction Disney. C'était féérique ! Mickey est un héros frais et simple. J'ai envie de dire au groupe Disney de se recentrer sur ce personnage. Yves Leterme. L'édito de John Baete, un ami avec qui j'ai pratiqué l'athlétisme. Koh-Lanta. Vous ne pouvez pas savoir combien cela m'emmerde ! On pousse des personnes à accomplir des actes extrêmes. Et après trois mois, elles deviennent des vedettes ! Ce que je nomme la pensée positive. Je me mets dans une bulle et je débats de tous les aspects : psychologique, biomécanique,... Après cette réflexion intense, tout me semble naturel et je ressens une grande sérénité. Je vais aussi courir le matin à 7 h et je repense à mes choix. PAR SIMON BARZYCZAK