Libéré par le Standard et renvoyé à l'expéditeur (Majorque), Marvin Ogunjimi a accepté de nous accorder une interview, un jour après avoir passé les examens médicaux au Beerschot et alors que Majorque faisait le forcing pour le vendre à d'autres club intéressés. L'ancien attaquant international revient sur son échec au Standard, en toute humilité mais piqué au vif par les propos de Jean-François de Sart.
...

Libéré par le Standard et renvoyé à l'expéditeur (Majorque), Marvin Ogunjimi a accepté de nous accorder une interview, un jour après avoir passé les examens médicaux au Beerschot et alors que Majorque faisait le forcing pour le vendre à d'autres club intéressés. L'ancien attaquant international revient sur son échec au Standard, en toute humilité mais piqué au vif par les propos de Jean-François de Sart. Il y a des choses que personne ne sait et qu'il vaut mieux ne pas savoir. Mais c'est vrai que j'ai d'abord été hors forme, puis malade et ensuite blessé et que je ne suis revenu dans le coup que début décembre. Je n'en veux pas au nouveau coach de ne pas m'avoir aligné car c'est le foot. Il a mis sur pied une équipe et je suis revenu dans le parcours un peu trop tard. L'attaque tournait alors bien. Oui, principalement ceux tenus par Jean-François de Sart dans Sport/Foot Magazine. Lorsqu'il dit que je n'avais pas faim aux entraînements (NDLR : " Nous n'avons jamais vu qu'il avait faim. On n'a jamais senti qu'il avait l'avidité ou la volonté de se lancer dans l'aventure. Et lorsqu'on lui faisait le reproche, il répondait toujours de manière laconique), je ne comprends pas. Quand tu as ce que j'ai à la thyroïde, cela te fatigue et tu ne sais rien faire. Et puis, je me suis blessé. Que voulez-vous que je fasse ? Juste avant le match contre le Beerschot. De Sart m'a appelé après l'entraînement pour me dire que je n'étais pas repris dans le groupe et qu'il ne comptait plus sur moi. Quand je lui ai demandé les raisons, il m'a dit qu'il s'agissait de la décision de l'entraîneur. Une semaine après, il affirme dans la presse que je n'ai pas eu le comportement adéquat aux entraînements. Je respecte monsieur De Sart mais il aurait pu me le dire en face. Ces propos ont touché ma mère, mon frère et ma soeur. Désormais, j'entends que je ne suis motivé que par l'argent. J'aurais voulu tout donner pour le Standard mais je n'en étais pas capable. Les clubs extérieurs qui vont lire les propos de De Sart vont croire que je ne veux plus jouer au foot, que je n'ai pas une bonne mentalité. Or, au contraire, je suis motivé pour revenir au plus haut niveau. Non. Sportivement, mon passage au Standard est un échec mais j'en garde cependant un bon souvenir. Je ne dirai jamais de mal du Standard car je sais que je n'étais pas en forme et qu'ensuite, d'autres ont fait leur trou. Je préfère ne pas parler de cela. C'est entre moi et le Standard. Le Celtic a montré de l'intérêt ; mon agent s'est manifesté auprès du Standard qui a accepté que je négocie avec le club écossais. Je pense que les dirigeants ont eu peur que je ne revienne jamais en forme, à cause de mon problème de thyroïde. Je peux les comprendre. Le foot, c'est un sport d'argent et le Standard a eu peur de devoir payer un joueur qui ne joue pas. Les deux. Ils ont été corrects ; ils n'ont pas fermé la porte mais je crois que pour moi, ce n'était pas le bon moment pour tenter cette aventure. Pour ma carrière, il valait mieux ne pas quitter le Standard. Peut-être que maintenant que je suis revenu en forme, je pourrais jouer davantage, oui. Mais pas avant. Cependant, je comprends le coach. L'équipe tourne ; un attaquant comme Imoh Ezekiel, tu ne peux pas le mettre de côté car il est trop fort. Pour moi, c'est l'attaquant le plus complet et puissant en Belgique après Mbokani. Un peu car je me suis fait des amis pour la vie. J'ai fait de belles rencontres. Oui, car cela reste un club avec un grand nom. Mais je n'étais pas prêt physiquement. J'aurais bien aimé y rester. Je pense que l'entraîneur veut amener un attaquant qu'il connait bien. Tous les jours, il y a un nouveau nom dans les médias. Pour cela, il faut faire de la place. Et comme je n'ai pas montré assez de choses... C'est vrai que, si je suis en forme, je peux correspondre à ce profil... Je ne pense pas. Il me manque simplement le rythme des matches. Le problème de thyroïde est complètement réglé. Je comprends leur volonté de miser sur les jeunes mais pour moi, le Standard doit d'abord penser à garder les éléments importants comme Kanu, Ciman, Vainqueur, Van Damme. Les dirigeants ont assez d'argent pour conserver les joueurs-clés. Si tu veux jouer le titre, il faut de l'expérience dans toutes les lignes. En PO1, on verra vraiment comment les jeunes vont marcher. Car, jouer le titre ou la qualification en PO1, ce n'est pas la même chose. Oui, comme moi, il n'a pas beaucoup joué. Il n'a pas montré ce qu'on attendait de lui. Si le Celtic s'intéresse à lui, cela doit faire réfléchir le Standard qui ne lui fait pas confiance. Pareil. Depuis le début de saison, le Standard a beaucoup évolué. A Genk, on n'avait pas de joueurs comme Vainqueur. Par contre, le Standard ne compte pas d'éléments comme De Bruyne. L'équipe de Genk était bien équilibrée et a connu une année exceptionnelle. Sur le plan sportif, je regrette d'avoir quitté Genk. C'est là que j'ai connu ma meilleure période, que je suis devenu titulaire chez les Diables. Pour moi, en Belgique, il s'agit d'un des meilleurs joueurs. On parle beaucoup de Biglia mais Vainqueur est plus fort. Il a la vitesse, la technique, il a faim. Il m'a confié qu'il avait fini la saison passée sur les rotules et qu'il espérait avoir plus de régularité cette année. Le Standard tourne autour de lui et quand il n'est pas là, cela devient compliqué. Cela va être chaud pour le Standard de lui proposer un nouveau contrat... Non, mais il était trop gentil. Tout le monde l'aimait bien car il laissait beaucoup de liberté. Mais une équipe jeune a besoin d'un entraîneur plus strict, comme Rednic. Il suffit de voir la différence entre le Michy Batsuhayi du début de saison et l'actuel. Aujourd'hui, tout le monde arrive à l'heure à l'entraînement, qui est beaucoup plus intensif et tactique. Je pense que le 4-3-3 de Jans n'était pas adapté au football belge. Il veut que l'on s'entraîne dur mais il écoute les joueurs, également. C'est important pour le groupe. PAR STÉPHANE VANDE VELDE - PHOTO: IMAGEGLOBE" Les propos de De Sart ont touché mes proches. Les clubs vont croire que je ne veux plus jouer au foot, que je n'ai pas une bonne mentalité. "