" Tous ses proches le savaient depuis un petit temps : Yves Baré menait ces derniers mois un terrible combat contre la maladie. Mercredi passé, un cancer généralisé l'a enlevé à l'affection de sa famille et de tous les amateurs de foot. C'est un homme exceptionnel qui s'est effacé à 71 ans chez lui, à Wihogne. Je perds un ami, un grand connaisseur du football. Yves s'était révélé au FC Liégeois où il disputa 312 matches de 1959 à 1970. Grand arrière droit, il était une des pierres angulaires de ces Sang et Marine qui étaient alors de fameux c...

" Tous ses proches le savaient depuis un petit temps : Yves Baré menait ces derniers mois un terrible combat contre la maladie. Mercredi passé, un cancer généralisé l'a enlevé à l'affection de sa famille et de tous les amateurs de foot. C'est un homme exceptionnel qui s'est effacé à 71 ans chez lui, à Wihogne. Je perds un ami, un grand connaisseur du football. Yves s'était révélé au FC Liégeois où il disputa 312 matches de 1959 à 1970. Grand arrière droit, il était une des pierres angulaires de ces Sang et Marine qui étaient alors de fameux clients en D1 avec les Guy Delhasse, Emile Lejeune, Robert Waseige, Victor Wégria, etc. Baré a été mon concurrent en équipe nationale. Cela n'a jamais terni nos relations faites d'estime et de fraternité. Avec son talent, il méritait plus de 21 caps. En 1970, Baré a signé au Beerschot où il devient même capitaine et remporta la Coupe de Belgique un an plus tard (2-1 contre Saint-Trond après prolongations). On le retrouve ensuite au Patro Eisden et surtout comme entraîneur au FC Liégeois et à Seraing qu'il propulse de la Promotion à la D1 en 1982. Après une défaite en Promotion, il s'était adressé à ses joueurs : -Voulez-vous jouer en P1 la saison prochaine ou défier Anderlecht dans quatre ou cinq ans ? A vous de choisir.Le Pairay au top du football belge, il fallait le faire. Cette équipe technique lui ressemblait. Baré était le coach, le directeur technique, l'âme du club. Avec le soutien du bourgmestre, Guy Mathot, et de Paul Plateus, il a recruté des artistes comme Carlos Oblitas, Percy Rojas, Peter Kerremans, Jules Bocandé ou Nico Claesen en n'oubliant pas de faire confiance aux Freddy Luyckx, Marinko Rupcic, Marc Grosjean, HenriBernardi et Ido Cremasco. Le démarrage en D1 fut dur. On oublie que Baré avait eu des pépins cardiaques au Beerschot. Il s'est finalement concentré sur son rôle de DT et est venu me chercher à Alost pour que je lui succède en tant que coach après l'intérim de Claude Bissot et Oblitas. Seraing s'est sauvé puis épata la galerie en 1983-84 avant de vivre une faillite. J'ai retrouvé Yves lors de mon deuxième passage à Seraing du temps de la présidence de Gérald Blaton, Nous nous entraînions chez lui, à Wihogne, où il possédait un grand domaine consacré au football. Après une séance de travail, c'était un plaisir de parler football avec lui ou son frère, également trop tôt disparu. Yves fut aussi un grand agent de joueurs qui guida merveilleusement la carrière d' Eric Deflandre, Gaëtan Englebert, Nicolas Lombaerts, Guillaume Gillet, etc. C'est un amoureux du football qui est parti. " né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing). propos recueillis par pierre bilic