Le 24 mai, Paolo Maldini a joué pour la dernière fois à San Siro (défaite 3-2 contre Rome). La cérémonie d'adieu avait commencé avec la distribution aux supporters d'albums de figurines et d'écharpes commémoratives. En outre, l'équipe a endossé pour l'occasion la nouvelle tenue en vue de la saison 2009-2010. Mais des ultras de la Curva Sud ont décidé de lui gâcher la fête. Ils ont exhibé des banderoles contre le capitaine et l'ont hué pendant qu'il faisait son tour...

Le 24 mai, Paolo Maldini a joué pour la dernière fois à San Siro (défaite 3-2 contre Rome). La cérémonie d'adieu avait commencé avec la distribution aux supporters d'albums de figurines et d'écharpes commémoratives. En outre, l'équipe a endossé pour l'occasion la nouvelle tenue en vue de la saison 2009-2010. Mais des ultras de la Curva Sud ont décidé de lui gâcher la fête. Ils ont exhibé des banderoles contre le capitaine et l'ont hué pendant qu'il faisait son tour d'honneur en fin de rencontre alors que 80.000 spectateurs y compris les supporters romains se sont levés pour l'applaudir. Comment le défenseur explique-t-il cette attitude ? " Je ne sais pas. Vraiment, je ne le sais pas. J'ai toujours eu un comportement exemplaire, en suivant mes idéaux et en respectant tout le monde. Si je n'ai pas fréquenté les clubs de supporters, ce n'est pas par snobisme. "Apparemment, certains ultras n'avaient pas oublié une interview accordée à la Gazzetta dello Sport voici un an. Dans celle-ci, Maldini jugeait avec sévérité le comportement de ces fans qui, depuis le derby retour de la saison passée, avaient pris l'habitude de siffler les joueurs. " Comme mes équipiers, je suis très énervé. Après tout ce que l'on a donné, fait et gagné, nous méritons un autre traitement. Avec le soutien de notre curva, nous n'aurions pas perdu cette rencontre. De toute façon, il n'y a pas que la curva qui ne nous soutient pas, même les autres blocs restent silencieux. Je crois que quand on chante, J'ai Milan dans le c£ur, il faut le démontrer. Désormais, nous jouons en déplacement ou sur terrain neutre : jamais à domicile. " C'est également via le quotidien sportif que Maldini a critiqué sa direction pour ne pas l'avoir défendu. Mais dans un communiqué officiel, Adriano Galliani, le directeur général, a annoncé que c'est lui qui a décidé qu'il valait mieux ne pas faire de la publicité à ces énergumènes qui, depuis deux ans, l'obligeraient à avoir un garde du corps (info ou intox ?). A Florence, avant le coup de sifflet initial, Maldini a reçu une plaque commémorative des mains de Sébastien Frey, le capitaine de la Fiorentina, pendant que tout le stade se levait pour lui offrir une standing ovation. Laconique, Maldini a remercié le public florentin : " Je remercie la ville et le public de Florence. J'ai beaucoup apprécié leur geste. C'était beau d'être applaudi par tout un stade : j'ai dit au revoir comme je le souhaitais. "