You don't get a second chance to make a good first impression. Les Anglais aiment bien cette expression. On n'a qu'une seule opportunité pour laisser une bonne première impression. Le week-end dernier, il y a des clubs qui ont réussi leur examen d'entrée et d'autres qui l'ont bâclé de façon plus ou moins lamentable. Evidemment, on ne peut tirer aucune conclusion valable après un seul match. Mais quelques enseignements sont déjà intéressants.
...

You don't get a second chance to make a good first impression. Les Anglais aiment bien cette expression. On n'a qu'une seule opportunité pour laisser une bonne première impression. Le week-end dernier, il y a des clubs qui ont réussi leur examen d'entrée et d'autres qui l'ont bâclé de façon plus ou moins lamentable. Evidemment, on ne peut tirer aucune conclusion valable après un seul match. Mais quelques enseignements sont déjà intéressants. D'abord, il y a ces deux équipes qui ont dû ferrailler jusque dans les dernières minutes du championnat de la saison passée pour sauver leur peau en D1. On doit se souvenir que ça avait été chaud pour Mouscron et Waasland Beveren, engagés dans une lutte compliquée avec Westerlo pour éviter la D1B. Mais ce week-end, ces clubs ont bien frappé. Après la victoire surprenante à Ostende, on peut déjà se douter que Mouscron est mieux armé que la saison passée. Il y a eu beaucoup de transferts entrants, mais en conservant Mircea Rednic, ils ont au moins joué une certaine continuité, et le fait de connaître la maison lui a permis de faire prendre la sauce assez vite. Autre méthode à Waasland Beveren avec un nouveau coach, Philippe Clement. On pouvait encore être prudent en fin de préparation, se demander si les bons résultats reflétaient vraiment la valeur de l'équipe. Il y avait notamment eu une victoire contre Bruges. Mais bon, tout cela n'était qu'amical, sans enjeu. Après le 3-3 du week-end à Genk, on doit raisonner autrement : Clement a mis en place une équipe qui joue bien au foot et qui a su faire directement un gros résultat sur le terrain d'un club appelé à se battre pour un très bon classement. Les gars de Clement n'ont jamais donné l'impression qu'ils craignaient quoi que ce soit dans ce stade. Et si le coach était déçu de n'avoir pris qu'un point, ça montre qu'il croit lui-même beaucoup en son équipe. Dans les autres clubs qui me paraissent plus forts que la saison passée, je pointe aussi le Standard. Tout n'a pas été bon à Malines mais c'était un match qui valait le coup d'oeil et la grinta semble de retour. Cette grinta qui a tant manqué pendant deux ans. J'ai vu des Liégeois avec un couteau entre les dents, de la première à la dernière minute. Quand tu as un duo Orlando Sá - Ishak Belfodil en pleine forme, quand tu as un Matthieu Dossevi peut-être revenu à son meilleur niveau, quand tu y ajoutes un Paul-José Mpoku directement capable de faire la différence (quelle merveille, son coup franc ! ), quand tu y ajoutes un duo de médians défensifs (Merveille Bokadi - Uche Agbo) qui ne laisse pas passer grand-chose, tu as tout pour être dans le bon. Les deux cartons de la première journée, par Bruges et Zulte Waregem, ne veulent probablement pas dire grand-chose parce que Lokeren et Eupen me paraissaient vraiment très faibles. Je ne sais pas trop ce qu'il faut penser du point arraché par l'Antwerp contre Anderlecht. Je pense qu'on a directement vu le bois avec lequel les Anversois vont se chauffer pendant toute la saison : engagement et soutien du douzième homme en tête d'affiche. C'est finalement assez typique pour une équipe qui monte. C'est plus du côté de nos clubs d'Europa League que je me fais du souci. Avant de boire la tasse contre Mouscron, Ostende est parti à Marseille avec l'avantage de l'équipe qui n'avait rien à perdre. C'était un beau voyage, un match dans un chouette stade, que du bonus. Les Ostendais ont même fait un bon match. Mais il faudrait maintenant un petit miracle pour qu'ils se qualifient et ils ont déjà laissé des plumes dans l'aventure car la défaite contre Mouscron s'explique probablement par une fatigue physique et mentale. Et puis, Gand n'a pas le droit de quitter la scène européenne dès le début du mois d'août. Après ses deux dernières campagnes, ce serait dramatique. Pendant la préparation, Hein Vanhaezebrouck s'est plaint de lacunes défensives. Quand tu encaisses trois fois à Saint-Trond, tu es obligé de reconnaître que ce n'est pas du tout réglé. PIERRE DANVOYELa grinta semble de retour au Standard. Cette grinta qui a tant manqué pendant deux ans.