Il fut une époque où Dario Marchot s'abonnait, se désabonnait et se réabonnait sans relâche à Sport/Foot Magazine. "Je voulais m'y tenir, mais je n'étais jamais à la maison: mes soirées étaient occupées par le foot et le squash, notamment", se souvient l'intéressé. Puis, il y a une dizaine d'années, il a ralenti la cadence, a pris le temps de se poser chez lui et a définitivement relancé l'abonnement. "J'aime particulièrement les rubriques "Rétro" pour savoir ce que sont devenus des gars que j'avais l'habitude de suivre par le passé. Ça doit être de la nostalgie, mais j'aime bien les interviewes, comme celle de Nii Lamptey, publiée il y a quelques mois." En fait de passé, Dario en a eu pour son argent il y a quelques années, alors qu'il s'occu...

Il fut une époque où Dario Marchot s'abonnait, se désabonnait et se réabonnait sans relâche à Sport/Foot Magazine. "Je voulais m'y tenir, mais je n'étais jamais à la maison: mes soirées étaient occupées par le foot et le squash, notamment", se souvient l'intéressé. Puis, il y a une dizaine d'années, il a ralenti la cadence, a pris le temps de se poser chez lui et a définitivement relancé l'abonnement. "J'aime particulièrement les rubriques "Rétro" pour savoir ce que sont devenus des gars que j'avais l'habitude de suivre par le passé. Ça doit être de la nostalgie, mais j'aime bien les interviewes, comme celle de Nii Lamptey, publiée il y a quelques mois." En fait de passé, Dario en a eu pour son argent il y a quelques années, alors qu'il s'occupait de l'équipe réserve de Chevetogne. La première était dirigée par l'ancien Diable rouge Guy Dardenne, qui s'est un jour rendu dans le vestiaire de l'équipe B avant un entraînement. "J'étais quasi le seul à le connaître", se marre celui qui vit désormais en Province de Luxembourg. "Je lui ai expliqué que quand j'étais en secondaire, mon prof de néerlandais était le voisin de ses parents. Chaque fois qu'on avait un bon point, il nous offrait une photo dédicacée de Guy Dardenne... Autant dire que je n'en ai jamais eu ( rires)." Quelque temps plus tard, Dario a même affronté Guido sur le terrain lors d'un match de quatrième provinciale. Dardenne avait alors 57 ans et était devenu un des seuls joueurs à avoir évolué dans toutes les divisions du pays, exceptée la P3. De son propre aveu, Dario n'a jamais vraiment évolué en première, sauf quand il n'y avait plus personne de disponible. Il a surtout vécu ses beaux moments en tant que joueur ou responsable d'équipes réserves. "Ce n'était pas des souvenirs de montée ou de titre, mais des histoires de foot avec des gars super sympas. C'était parfois folklorique: j'ai déjà dû aller chercher un mec directement dans son lit, il était encore à moitié pété. Plus tard, un autre joueur s'est déconvoqué parce qu'il portait un bracelet électronique et ne pouvait pas sortir de chez lui." Une implication qui l'a régulièrement amené à affronter Friktish des Héros du Gazon. Un vendredi soir, l'équipe du volubile attaquant se déplace avec 18 joueurs pour affronter Dario et ses ouailles, qui ne sont que dix "dont deux gars qui avaient déjà pris l'apéro", resitue le quinquagénaire. " Friktish est venu me trouver en gueulant comme il sait faire pour me dire: On joue quand même, hein?! Ils se sont échauffés, pensant vraiment qu'ils allaient nous exploser... et on a gagné 8-1 ( sourire)." À cinquante ans passés, Dario a momentanément rangé ses crampons. Mais ne serait pas contre retâter du cuir dans le futur en vétérans. En attendant, cet employé d'une boîte de référencement local au Grand-Duché se satisfait du foot à la télévision. Avant de pouvoir repartir outre-Manche dès que possible. "J'ai un ami globe-trotteur qui m'a donné goût à la Premier League. Je n'ai pas d'équipe de référence, mais l'Emirates Stadium m'a particulièrement marqué. Pourtant, j'y suis allé à la fin de l'ère Wenger, ça sentait le roussi pour lui et dès qu'un joueur arrivait aux abords du rectangle, tout le public criait "Shoot!"parce que les Gunners avaient la fâcheuse tendance à vouloir rentrer dans le but avec le ballon." Un humour dont ne sont pas non plus dépourvus les supporters de Bournemouth. Lors d'un déplacement avec les Cherries à Chelsea, Dario se souvient d'un surprenant "chhhht" soufflé de concert par tous les fans de l'AFC, suivi d'un silence de quelques secondes. "Dans la foulée, ils ont adressé un chant aux supporters Blues: "On a l'impression d'être dans une bibliothèque!", conclut l'intéressé. Qui n'a toujours pas de photo dédicacée de Guy Dardenne.