La force tranquille de Bruges.

On a tendance à se répéter, mais la manière dont Bruges déroule sans avoir l'air de forcer est impressionnante. Une fois encore, les remplaçants reprennent le rôle des absents avec un égal bonheur. Cette fois, c'est Victor qui a séduit. Avec un esprit pareil, Bruges peut déjà mettre le champagne au frais.
...

On a tendance à se répéter, mais la manière dont Bruges déroule sans avoir l'air de forcer est impressionnante. Une fois encore, les remplaçants reprennent le rôle des absents avec un égal bonheur. Cette fois, c'est Victor qui a séduit. Avec un esprit pareil, Bruges peut déjà mettre le champagne au frais. Les Ivoiriens ont d'autres lacunes, mais lorsqu'ils se mettent à jouer, ils sont capables de faire tourner leurs adversaires en bourriques. C'est ce qu'ils ont fait pendant 15 minutes contre St-Trond et cela a suffi. A travers son entraîneur, l'équipe limbourgeoise ne sera jamais spectaculaire. Mais elle aligne les victoires, et même si Anderlecht compte deux matches en moins, elle sera un adversaire redoutable dans la lutte pour la deuxième place qualificative à la Ligue des Champions. On avait peut-être condamné les Côtiers trop tôt. Grâce à une belle victoire contre Mons, qui restait sur un 9 sur 9, ils ont relancé la lutte pour le maintien. J'ai bien aimé Björn De Wilde et Zéphirin Zoko. Et j'ai apprécié le magnifique but de Marco Nijs. Bien souvent, on élimine trop vite des joueurs que l'on estime trop âgés, alors qu'ils ont encore suffisamment de capacités. C'est le cas d'Yves Vanderhaeghe... comme c'est également le cas de Pär Zetterberg. A partir de la saison 2006-2007, les clubs devront sélectionner quatre joueurs issus de leurs équipes de jeunes dans leur effectif de 25. On s'est donc enfin décidé à prendre des mesures pour favoriser la formation. Le hic, c'est que ce genre de mesure existait depuis plus de 15 ans en France. Dans les circonstances actuelles, ces deux points perdus à Gand signifient l'adieu au titre compte tenu du parcours de Bruges qui n'abandonne rien en cours de route. Le Sporting est arrivé à un point où il doit se remettre en question et se demander ce qui n'a pas marché cette saison. Lorsque je compare l'effectif bruxellois avec celui de Bruges, je considère toujours qu'il est plus riche en talent mais moins performant collectivement. Sans Marius Mitu, c'est une équipe sans âme. Pendant un quart d'heure, les Trudonnaires étaient aux abonnés absents. Incompréhensible lorsqu'on sait que cette équipe est dirigée par un homme de caractère comme Marc Wilmots. Le sélectionneur continue à faire confiance à des joueurs qui ne jouent pratiquement pas dans leur club. N'a-t-il toujours pas compris ? Aujourd'hui, Stein Huysegems est en droit de se poser des questions. Il s'illustre chaque semaine avec AZ mais ne sera pas du voyage en Egypte. Aussi longtemps qu'il n'y a pas de preuve de culpabilité, chacun a droit à la présomption d'innocence. Alors, laissons faire la justice. Ce n'est pas à nous à déterminer qui a raison et qui a tort. Lors d'une réunion de la Ligue Pro, les présidents des 18 clubs de D1 ont décidé qu'il y aurait une scission entre le football professionnel et le football amateur, comme c'est déjà le cas aux Pays-Bas. Etant donné que le sport amateur est placé sous la compétence des communautés, cette mesure permettra aux petits clubs flamands d'être subventionnés. C'est bien. Mais pourquoi ce qui est valable en Flandres ne pourrait-il pas l'être aussi en Wallonie ?Georges Heylens Propos recueillis par Daniel Devos