J'ai aimé Les deux diamants d'Anderlecht

Je suis resté sur ma faim après Anderlecht-Standard. L'enjeu était important mais cela n'explique pas tout. Les nouveaux leaders ont mérité leur succès mais ils n'ont pas dû faire preuve d'une imagination débordante. Je retiens surtout le brio des diamants du Sporting : Mémé Tchité et Ahmed Hassan. Le premier est plus que jamais un des joueurs les plus brillants de la stratégie mauve. Il est toujours en mouvement et apporte beaucoup de profondeur au jeu de son équipe. De plus, en zone de vérité, sa vivacité fait la différence dans des espaces restreints. Il ne cesse de progresser. L'artiste égyptien taille le jeu d'Anderlecht. Je retiens notamment deux passes en profondeur somptueuses. Hassan et Tchité sont terriblement complémentaires. Hassan mérite une stat...

Je suis resté sur ma faim après Anderlecht-Standard. L'enjeu était important mais cela n'explique pas tout. Les nouveaux leaders ont mérité leur succès mais ils n'ont pas dû faire preuve d'une imagination débordante. Je retiens surtout le brio des diamants du Sporting : Mémé Tchité et Ahmed Hassan. Le premier est plus que jamais un des joueurs les plus brillants de la stratégie mauve. Il est toujours en mouvement et apporte beaucoup de profondeur au jeu de son équipe. De plus, en zone de vérité, sa vivacité fait la différence dans des espaces restreints. Il ne cesse de progresser. L'artiste égyptien taille le jeu d'Anderlecht. Je retiens notamment deux passes en profondeur somptueuses. Hassan et Tchité sont terriblement complémentaires. Hassan mérite une statue au bord du Nil et il aura bientôt sa pyramide près de la Senne. Ce créateur de jeu a réussi l'exploit de remplacer Pär Zetterberg : s'il s'en va en fin de saison, les pharaons d'Anderlecht auront un gros problème. Les Buffalos reviennent à trois points du Standard au classement général. J'en connais qui ne sont pas rassurés par cette équipe bien au point : les Liégeois, bien sûr, mais aussi le Club Bruges qui les affronteront en demi-finales de la Coupe de Belgique. Adékambi Olufade a été impérial à Roulers où il a signé des déboulés et des passes magnifiques. Ce feu follet a bien fait de revenir en Belgique. Il forme un beau duo avec Dominic Folley sans oublier que Gand compte aussi une bonne défense. L'attaquant de Mouscron garde un rythme de croisière intéressant. Karlsruhe le suit et cela ne m'étonne pas. Il peut rapporter un beau pactole. J'ai apprécié la décision de Daan Van Gijseghem qui prolonge son contrat à l'Excelsior. Il est jeune et doit encore acquérir des planches avant de passer à autre chose. Je me demande si le coach du Standard a tiré les conclusions de Portugal-Belgique. On ne gagne pas un match sans attaquer. Au lieu d'imiter René Vandereycken, il aurait dû s'inspirer d'un entraîneur offensif qu'il a connu au Standard : Ernst Happel. Le Standard était certes déforcé mais il y avait quand même Ali Lukunku et Milan Jovanovic sur le banc. Cela veut tout dire. Le Standard a attendu la faute de l'adversaire mais n'a jamais cherché à la provoquer. Les chiffres sont clairs : zéro tir cadré dans le chef des Liégeois. Igor De Camargo était trop seul. Il faudra revoir tout cela en Coupe de Belgique car ce sera bernique si le secteur offensif n'est pas soigneusement étoffé. Il ne faut pas oublier que la Coupe est aussi un des objectifs d'Anderlecht. J'ai vu un bon Axel Witsel mais je me demande ce qui est passé par la tête de Ricardo Sa Pinto après son remplacement : la colère de ce garçon m'inquiète. En défense, Dante se perd. Le transfert en Angleterre d'Oguchi Onyewu a rapporté de l'argent. Mais si, sans lui, le Standard rate l'Europe, ce départ aura coûté gros. Pauvre Bruges : même si cela arrive dans la vie d'un club, c'est triste à voir. Bosko Balaban a marqué mais, ce joueur, c'est la moitié de Mémé Tchité. On le voit dans le rectangle et sur les frappes à distance. C'est pas mal mais l'Anderlechtois apporte beaucoup plus. Les Dragons et les Hurlus ont distribué des oeufs en chocolat contre le Lierse et le Brussels. Mons a raté des buts tout faits. La défense de Mouscron a offert les oeufs, les cloches de Pâques et les clefs de l'église aux Bruxellois qui ne se sont pas faits prier. Or, Mons et Mouscron pouvaient se rassurer. A la place de José Riga et Ariel Jacobs, je priverais les joueurs de chocolat jusqu'en fin de saison.né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing)propos recueillis par pierre bilic