J'AI AIMÉ

La force tranquille des Zèbres et de Genk
...

La force tranquille des Zèbres et de Genk Les Zèbres ont joué facilement, totalement libérés, maîtres de leur sujet et de la surface de jeu. Or, Roulers détenait une réputation d'équipe intraitable à domicile. C'est une plume en plus au chapeau de Jacky Mathijssen qui entretient bien les ambitions de son groupe et ne lui permettra pas de terminer en roue libre. Genk a une nouvelle fois épaté dans un match au sommet. Les Limbourgeois ont émergé méritoirement à Gand et leur jeune équipe détient des arguments dans la lutte pour le titre : Anderlecht est bel et bien prévenu. La bande à Hugo Broos souligne ses ambitions via un football très offensif : c'est intéressant ce qui se passe à Genk. L'excellente organisation de Mons Les Dragons mesuraient qu'ils devaient au moins prendre un point contre Bruges. C'était presque vital dans une lutte pour la survie qui concerne non moins de neuf équipes, toute la colonne de droite pour reprendre une expression popularisée par Georges Leekens. Mons a gagné la bataille de l'entrejeu et son succès aurait pu être plus net. Il me semble que ce groupe trouve ses marques. Quand je suis remonté en D1 avec Seraing en 1993, le groupe resta le même. Le travail technico-tactique était fait et il a suffi de procéder à quelques ajustements. A Mons, José Riga a recommencé à zéro après le titre et cela prend du temps. C'est éprouvant quand, en plus, on tente de proposer un jeu technique avec des joueurs français qui savent manier un ballon. Les deux buts de Kristof Snelders Le Lierse aurait dû croire plus tôt à ses chances au Standard. Kristof Snelders a été admirable et je comprends ses larmes. A une minute de la fin du match, il était l'homme du week-end. Même si la défense du Standard a raturé lamentablement et dangereusement sa copie, ses buts étaient magnifiques. Un penalty indiscutable a brisé son rêve. L'effondrement de Bruges Le Club Bruges n'a pas besoin d'un docteur mais d'un spécialiste car le mal est profond. Luc Devroe a été engagé comme directeur technique en tant que successeur de Marc Degryse après avoir fourbi ses armes à Roulers. Bruges a mal à l'âme et ce qui arrive prouve par l'absurde qu'Emilio Ferrera ne pouvait pas faire beaucoup mieux avec cet effectif. Le Club est désormais l'homme malade des grands de D1. On dit que Trond Sollied campe à Knokke. C'est pas loin de Bruges... La fessée que le Brussels a reçue au Kiel On estimait que le Brussels avait trouvé son rythme de croisière. Johan Vermeersch avait raison d'être prudent après le succès contre le Lierse. Au Beerschot, son équipe est tombée sur un superbe Jurgen Cavens qui sort du trou après une interminable errance. J'espère que ce joueur est enfin relancé car son entente avec François Sterchele est intéressante. Les gaffes des gardiens Cela fait deux semaines que les gardiens de D1 font preuve d'une grande faiblesse. Yugolav Lazic a entraîné Lokeren vers la défaite contre Beveren pourtant réduit à dix. A ce niveau-là, c'est triste. Je ne dis pas qu'Olivier Renard en a fait autant mais il n'est quand même pas toujours rassurant. Il a bien pris les balles hautes mais sur le deuxième but de Kristof Snelders, il réduit mal l'angle et la balle s'engouffre sur sa droite. Le Standard est passé à deux doigts de la catastrophe. Je comprends la colère de Michel Preud'homme après une fin de match à oublier au plus vite. Les raisons du futur départ d'Ahmed Hassan Nicolas Frutos est heureux en Belgique parce qu'il est entouré par sa famille. Ahmed Hassan est loin des siens et c'est maintenant qu'on constate que c'est difficile à vivre. A mon avis, c'est un peu tard. Cela ne posera pas de problèmes cette saison. Samedi, Mouscron a fêté la Saint-Valentin à Anderlecht couvert de cadeaux par son visiteur. Il n'en sera pas toujours ainsi.Né en 1941, Heylens fut un excellent back droit (67x Diable Rouge, Equipe d'Europe 65, Mondial 70 au Mexique, 7 titres et 3 Coupes de Belgique avec Anderlecht). Coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au LOSC et fut coach belge 1984 à Seraing)par georges heylens / propos recueillis par pierre bilic