J'ai aimé : Le punch de Tubize contre Lokeren

Je sais que certains ont souri en constatant que Tubize avait glissé deux joueurs dans le classement du Soulier d'Or : Gregory Dufer et Jérémy Perbet. Ce sont les mêmes, certainement, qui considéraient en début de saison les Brabançons n'étaient que des oiseaux pour le chat... Samedi, au stade Leburton, on a assisté aux nouvelles aventures de Titi et Gros Minet : le petit Tubize a bel et bien terrassé le grand Lokeren. On ne peut que souligner les mérites d'un club, de sa direction, de son coach et de tout un effectif. Le succès de Tubize, face à une équipe aussi bien rôdée que celle de GeorgesLeekens, n'est pas le fruit du hasard. Derrière ...

Je sais que certains ont souri en constatant que Tubize avait glissé deux joueurs dans le classement du Soulier d'Or : Gregory Dufer et Jérémy Perbet. Ce sont les mêmes, certainement, qui considéraient en début de saison les Brabançons n'étaient que des oiseaux pour le chat... Samedi, au stade Leburton, on a assisté aux nouvelles aventures de Titi et Gros Minet : le petit Tubize a bel et bien terrassé le grand Lokeren. On ne peut que souligner les mérites d'un club, de sa direction, de son coach et de tout un effectif. Le succès de Tubize, face à une équipe aussi bien rôdée que celle de GeorgesLeekens, n'est pas le fruit du hasard. Derrière cette étonnante aventure, il y a beaucoup de travail et une abnégation sans faille. C'est une juste récompense. Il avait été dit que la présence de Tubize en D1 serait une catastrophe. Non, c'est un bienfait car il y a de l'exemplarité dans le chef des joueurs. Dans leur comportement, on devine du bonheur et cela tranche par rapport à des attitudes blasées dans d'autres club. Quand je vois l'engagement d'un Dufer, je suis épaté. Après son but, il était aussi heureux qu'en ses plus beaux jours au Standard ou à Charleroi : chapeau. Ce n'est pas rien d'imposer sa loi à la meilleure défense de D1. Tubize l'a fait après avoir été mené 0-1 (le scénario idéal pour Lokeren) et personne ne peut contester la légitimité de son succès. Depuis la reprise, les Brabançons ont récolté quatre poins sur six. C'est rassurant et motivant avant le déplacement au Club Bruges. S'il maintient Tubize en D1, Albert Cartier devrait figurer dans le Top 3 du Coach 2008-2009. Même si cela change vite en bas de classement, Tubize marque des points face à des formations qui pédalent dans la choucroute comme Mons, surtout ( Dominique Leone doit se mordre les doigts de ne pas avoir gardé Cartier chez lui), mais aussi de Charleroi. Les Carolos vivent désormais en apnée dans les eaux profondes et très dangereuses de la D1. A ce rythme-là, ils risquent de vivre des mois difficiles. A leur place, je serais très inquiet. John Collins ne donne pas encore l'impression d'avoir une vue très claire de la situation car il navigue entre le 4-3-3 et le 4-4-2. Je suppose que c'est une question de temps, mais c'est ce qui deviendra de plus en plus précieux si Charleroi ne redresse pas bien vite la tête. Avant que l'Ecossais ne débarque à Charleroi, la gestion de l'effectif laissa à désirer. Les Carolos cédèrent Joseph Akpala au Club Bruges mais leur buteur ne fut pas remplacé. Et il y eut erreur aussi dans le cas de Tim Smolders. La direction l'écarta d'abord car il refusait de prolonger son contrat. Sans lui, l'équipe tangua. Quand on l'a réintégré, les Zèbres ont retrouvé des couleurs. Puis, pour gagner un peu d'oseille, on le céda à Gand mais sans lui, c'est la cata. Mouscron a été plus malin. Christophe Lepoint a aussi signé à Gand mais ne quittera pas les Hurlus avant la fin de la saison. Je sais que les deux cas sont un peu différents : Smolders était en fin de contrat, Lepoint pas. Mais Charleroi risque de regretter amèrement son médian. Charleroi a été ébranlé par une nouvelle plus dramatique : la disparition de Jean PolSpaute. Je l'ai connu comme joueur marquant de ses chers Zèbres. Plus tard, de 1990 à 1992, j'ai eu la chance de l'avoir comme président alors que je coachais Charleroi. C'était un grand connaisseur, qui me faisait penser à Albert Roosens d'Anderlecht. Il savait tout, voyait tout, suivait les jeunes du Hainaut et de Namur à la trace, s'intéressait aux clubs de D3, etc. Spaute était un président recruteur qui a formé un duo historique avec Gaston Colson. C'était un bonheur de discuter football avec lui. Son départ a fait mal à tout vrai Zèbre et tout fan de foot belge. propos recueillis par pierre bilic