J'ai aimé

Un Anderlecht boulimique
...

Un Anderlecht boulimique Pardon, Boulykin ! L'attaquant russe a signé une bonne entrée en matière. Ceux qui l'avaient critiqué avant même de l'avoir vu à l'£uvre devront revoir leur jugement : il apparaît bien comme un voleur de buts, présent dans le rectangle et auteur de deux coups de tête victorieux. La force de frappe brugeoise Le Club a démarré le championnat deux semaines après les autres, mais n'est pas resté calé dans ses starting blocks. J'imagine que Jacky Matthijssen est suffisamment intelligent pour comprendre qu'il a rencontré un adversaire de D2. La joie contenue de Joao Carlos En marquant face à ses anciennes couleurs, le défenseur brésilien a peut-être sauvé la peau de son nouvel entraîneur. J'ai beaucoup apprécié sa joie toute contenue. Joao Carlos n'a pas oublié que Lokeren est le club qui lui a permis de se révéler et c'est tout à son honneur. Genk est-il, pour autant, tiré d'affaires ? Il est trop tôt pour se prononcer. Quant à Lokeren : il a joué à la Leekens... et a perdu à la Leekens. C'est-à-dire en jouant petit bras, comme d'autres entraîneurs belges dont on aura sans doute l'occasion de parler très bientôt. Des Hurlus bien en place Qui aurait pensé, il y a un mois, que Mouscron aurait occupé la tête du classement avec le maximum de points après trois journées ? Ces Hurlus-là m'apparaissent bien en place. Certes, ils n'ont pas rencontré d'obstacles infranchissables sur leur route, mais je connais d'autres clubs qui ont trébuché face à des adversaires largement à leur portée. Un Cercle plus arrondi Stijn De Smet et Tony Sergeant se sont rappelés au bon souvenir de tous. Thomas Buffel et Tom De Sutter sont également sur la bonne voie, et lorsqu'ils auront retrouvé toutes leurs sensations, le Cercle pourra réenvisager des lendemains qui chantent et viser la colonne de gauche... mais pas le titre, hein, Monsieur De Boeck !Les défaites européennes Même si le Standard est sorti par la grande porte, il a commis des erreurs inacceptables à ce niveau. Lorsqu'on sait qu'on doit quasiment réaliser le match parfait pour se qualifier au détriment d'un grand d'Europe, on ne peut pas se permettre de louper un penalty et d'encaisser un but sur un centre de la gauche qu'on a tout loisir de dégager en corner. Michel Preud'homme, lui, a compris en Suède qu'il avait encore du pain sur le planche s'il voulait faire de Gand un grand du championnat. Les déclarations intempestives Hein Van Haezebrouck a déclaré qu'il venait à Anderlecht pour gagner. L'entraîneur de Courtrai a été remis à sa place. Silvio Proto avait, en son temps, tenu des propos peu flatteurs à l'égard des supporters du Germinal Beerschot. Le monde du football est petit et il n'imaginait pas, à l'époque, qu'il défendrait un jour les buts du club anversois. A lui, maintenant, d'inverser la tendance en faisant taire ses détracteurs par des prestations irréprochables. Radzinski n'est pas à Tubize Je me réjouis de revoir l'ancien attaquant d'Anderlecht dans le championnat de Belgique, mais j'aurais préféré le voir en D1. Tubize, par exemple, en aurait eu au moins autant besoin que le Lierse. Les promus brabançons auraient aussi eu besoin de Proto, mais lorsqu'on connaît le salaire qu'il percevait à Anderlecht, il était sans doute impayable. Le réveil tardif des ministres Au retour de nos athlètes de Pékin, les ministres ont déclaré qu'ils prendraient des mesures en faveur du sport belge. Messieurs, il est déjà trop tard ! On manque à la fois d'infras-tructures et d'éducateurs qualifiés. Lorsque j'entends certains entraîneurs engueuler des gamins de 6, 7 ou 8 ans le dimanche matin, c'est effrayant. Ces gamins ont besoin de conseils, pas d'engueulades. propos recueillis par daniel devos