J'ai aimé Dender, le giant killer de la D1

Johan Boskamp s'est déchaîné dans la presse avant la venue du Club Bruges à Dender. Je peux comprendre son point de vue à propos de la réforme du championnat : les grands veulent plus de fric et, à la fin du compte, ils vont le chercher dans la poche des petits. C'est plus facile que de se remettre en question, de chercher autre chose, d'innover, etc. C'est un océan d'euros qu'il faut pour rejoindre les grands d'Europe. Le nouveau contrat télé, ce sera un petit pipi en plus, même pas une rivière d'euros. Et pour financer cette " affaire ", on va liquider des petits clubs. Un de ces minus a pris la mesure du grand Club Bruges. Dender avait déjà arraché un nul à Anderlecht (2-2) et face au Stand...

Johan Boskamp s'est déchaîné dans la presse avant la venue du Club Bruges à Dender. Je peux comprendre son point de vue à propos de la réforme du championnat : les grands veulent plus de fric et, à la fin du compte, ils vont le chercher dans la poche des petits. C'est plus facile que de se remettre en question, de chercher autre chose, d'innover, etc. C'est un océan d'euros qu'il faut pour rejoindre les grands d'Europe. Le nouveau contrat télé, ce sera un petit pipi en plus, même pas une rivière d'euros. Et pour financer cette " affaire ", on va liquider des petits clubs. Un de ces minus a pris la mesure du grand Club Bruges. Dender avait déjà arraché un nul à Anderlecht (2-2) et face au Standard (0-0) et a expédié la bande à Jacky dans les cordes (1-0). Le Bos doit se marrer car c'est un succès largement mérité. Dender devient petit à petit un giant killer de la D1. Depuis la blessure de Tom De Sutter, le Cercle Bruges cherchait son second souffle. Il l'a trouvé face à un FC Malinois qui carburait bien ces derniers temps. Transféré durant le dernier mercato d'hiver, Tony Sergeant assume bien son rôle d'officier de l'armée offensive de Glen De Boeck. Le Cercle sera un rude concurrent dans la lutte pour un ticket européen. Ce super Sunday pascal, Anderlecht l'a bien négocié mais le comportement de sa défense en fin de match était catastrophique (surtout Wasilewski). Chapeau à Jacobs : Hassan ne s'est pas entraîné et il a entamé le match sur le banc. Pharaon ou pas, la loi est la même pour tout le monde. Le Standard a été secoué par un Mons bien organisé durant une mi-temps : trois matches par semaine c'est parfois beaucoup et il faut alors 45 minutes pour bien se resituer. En attendant, avec 7 points d'avance, le break est fait. Au Club Bruges, c'est la soupe à la grimace. Cette équipe est dans les cordes depuis sa douloureuse défaite contre le Standard. Ce soir-là, Jacky a commis l'erreur de dire que son équipe serait championne malgré tout. Non, ce fameux match a marqué son effectif qui avait compris que c'était plus ou moins plié. A Bruges, on indique l'attaque du doigt. Je comprends les reproches mais je constate que la défense n'a jamais dégagé une impression de sérénité. Stijn Stijnen est le seul Brugeois qui est top depuis le début de la saison : sans lui, son équipe serait hors combat depuis longtemps. Mouscron a raturé sa dernière page à Genk. On ne peut pas encaisser deux buts en fin de rencontre. Les Hurlus avaient pris des précautions défensives et cela avait bien fonctionné durant 89 minutes. Au-delà de cela, je retiens la confirmation du retour de Walter Baseggio qui a décoché une belle fusée. Ce n'était pas Apollo mais cela prouve quand même que Walter a définitivement retrouvé la bonne orbite. Malgré la défaite, cette confirmation est une bonne nouvelle. L'Argentin ne joue plus. Sa décision n'est pas une bonne chose pour lui. Il râle car la nouvelle imposition grève son salaire net. Je comprends mais c'est à lui de vérifier son contrat : si le montant n'est pas stipulé hors taxes (net), il a un souci, pas ses employeurs qui doivent respecter la loi. Cela dit, le changement de législation est brutal. Idéalement, on devrait attendre la fin de saison avant de procéder à un tel chamboulement : cela permettrait à chacun de fixer ses choix. A part cela, Joseph Akpala a offert les trois points à Charleroi. Il est bien plus efficace qu'Orlando qui raterait un éléphant à un stand de tir de la foire du Midi.propos recueillis par pierre bilic