J'ai aimé La joie anversoise

Le Père Noël n'est pas une ordure pour les supporters du Beerschot qui passent des fêtes de fin d'année éblouissantes. Il n'y a plus de place sous le grand sapin anversois après le huitième succès d'affilée de leur club en championnat. La Métropole existe à nouveau dans les hautes sphères de la D1, c'est bien. De plus, ce n'est pas le fruit du hasard mais le résultat d'un gros travail et l'addition de joueurs talentueux. Pour le moment, Hernan Losada est le meilleur Argentin de Belgique. D'aucuns prétendent qu'il est meilleur et plus complet que Juan Lozano qui avait usé ses premiers crampons au Kiel. C'est aller un peu vite en besogne. Lozano a atteint le top européen avec Anderlecht et a joué au Real Madr...

Le Père Noël n'est pas une ordure pour les supporters du Beerschot qui passent des fêtes de fin d'année éblouissantes. Il n'y a plus de place sous le grand sapin anversois après le huitième succès d'affilée de leur club en championnat. La Métropole existe à nouveau dans les hautes sphères de la D1, c'est bien. De plus, ce n'est pas le fruit du hasard mais le résultat d'un gros travail et l'addition de joueurs talentueux. Pour le moment, Hernan Losada est le meilleur Argentin de Belgique. D'aucuns prétendent qu'il est meilleur et plus complet que Juan Lozano qui avait usé ses premiers crampons au Kiel. C'est aller un peu vite en besogne. Lozano a atteint le top européen avec Anderlecht et a joué au Real Madrid. Tout le monde ne peut pas en dire autant. Cela n'enlève rien aux mérites de Losada mais il a encore du chemin à parcourir avant d'être le nouveau Lozano. Dender a remplacé son pain noir par du spéculoos, du cramique et de la tarte au riz. Les joueurs en profitent, secouent les grands, gagnent, font des provisions en sachant qu'il y aura encore des jours difficiles, etc. C'est un état de grâce qui prouve aussi que Jean-Pierre Vandevelde, excellent en D3 et en D2, n'est pas un coach pour l'élite du football belge. A ce niveau, il est écrasé par l'importance des matches. Jan Boskamp a libéré les têtes. Il forme un duo intéressant avec Patrick Asselman. Le jeune loup et le vieux renard, c'est ça la fable de Dender. Pat est le T1 et Bos le manager sportif du club. C'est bien vu. Les Rouches ont étouffé les Limbourgeois, impuissants face à ce jeu complet. Ils ont terminé le premier tour invaincu avec la plus belle différence de buts. Maintenant, il faudra briller face aux petits clubs lors des matches retour. Anderlecht a eu de la veine la semaine passée. Je songe à la qualification européenne. C'est une bonne nouvelle mais il ne faut pas oublier qu'elle s'explique essentiellement par le succès d'Alborg à Tel-Aviv. Les Mauves ont été balayés à Getafe qui était deux tons techniques au-dessus. Des chevaux de trait brabançons contre des purs-sangs : je en vous dis pas qui était qui. Si Anderlecht joue comme ça contre Bordeaux, les Girondins se régaleront. L'équipe de Laurent Blanc n'assume pas par pour rien les premiers rôles en France. Or, la L1 est nettement supérieure à la D1. Anderlecht a battu Mons mais j'ai été sidéré par le manque de classe, de clairvoyance de ce secteur. Mons a marqué deux fois en raison du manque de matière grise de Roland Juhasz. Si, à mon époque, j'avais joué comme Marcin Wasilewski, je me serais vite retrouvé en équipe réserve. Je comprends parfaitement la déception de Marc Brys qui n'a visiblement pas été écarté pour des raisons sportives. Ce coach a payé la facture d'une politique financière à la sauce espagnole. C'est une mauvaise paella et, à mon avis, le directeur sportif aurait dû en tirer les conclusions. Il sait parfaitement comment cela se passe dans la coulisse de son club. Gil Vandenbroek se devait d'accompagner Brys dans sa retraite. Ce qui s'est passé prouve de toute façon que son rayon d'action sera de plus en plus restreint. Je suppose que l'Excel s'en sortira mais cet effectif ne méritait pas de vivre une crise aussi évitable. Tout comme Dender, Malines n'était qu'un oiseau pour le chat. On s'est trompé, le canari pour Grosminet, c'est Saint-Trond. Malines s'est battu avec ses armes et a obtenu les trois points au bout de ce voyage au pays des pommes et des doutes. Les Limbourgeois payent le manque de connaissance sportive de leur direction.propos recueillis par pierre bilic